facebook
Gazette Drouot logo print

Les paysages telluriques d’Olivier Debré

Le 18 novembre 2021, par Philippe Dufour

Le peintre de l’abstraction ne cesse de percer le secret de la lumière par son travail de la matière. Son geste énergique emmenait d’autres œuvres modernes vers le succès.

Les paysages telluriques d’Olivier Debré
Olivier Debré (1920-1999), Paysage ocre orange Touraine, Nov. 63, huile sur toile signée du monogramme et datée, contresignée, titrée et datée au dos, 100 100 cm.
Adjugé : 37 200 


S’inspirant de la nature pour ses thématiques, mais la transcendant par l’abstraction, Olivier Debré est l’auteur de ce Paysage ocre orange Touraine, Nov. 63, une huile sur toile signée du monogramme de l’artiste et datée en bas à droite, contresignée, titrée et datée au dos. Mesurant exactement 100 100 cm, la composition, comme bien souvent, évoque une glèbe originelle, concept élaboré dans sa Touraine d’adoption. Aussi la toile – qui a été accrochée à la galerie des Beaux-Arts de Bordeaux lors de l’exposition «Olivier Debré» de décembre 1968 – devait être ferraillée jusqu’à 37 200 €. Tout aussi spirituel, le travail du sculpteur Jean-René Debarre reprend les grands mythes de l’Antiquité, souvent réinterprétés dans le cadre d’architectures art déco. Une énigmatique Tête, taillée dans le marbre, signée en creux et fixée sur un socle en marbre (h. de la tête : 35 cm), témoignait de son engouement pour les lignes inspirées de la Grèce archaïque. Elle partait à 8 804 €. Du côté des arts appliqués, on signalera deux pièces essentielles. D’abord, une lampe portant la signature des Établissements Gallé (1904-1936), adjugée 9 672 € : de forme champignon, elle est en verre multicouche à décor dégagé à l’acide de fleurs de grenadier et grenades rouges, sur le fût et l’abat-jour (h. 52 cm). Et enfin, le plus prisé : un piano Steinway des environs de 1915-1916 (l. 188 cm) qui a résonné à 16 120 €.

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot