Claude Monet et des copies de Riesener

Le 28 mars 2019, par Philippe Dufour
Claude Monet (1840-1926), Yport la nuit, pastel sur papier, contrecollé sur un papier support, cachet de signature sur le papier de montage, 13,2 26 cm.
Adjugé : 91 960 

À Saint-Brieuc, le retour du printemps était fêté par un score remarquable, mais prévisible, de 91 960 €. Un collectionneur européen les offrait pour un petit pastel de 13,2 26 cm, monté sur papier, qui portait un cachet de signature des plus illustres, au nom de Claude Monet (voir Gazette n° 10, page 153). Il s’agit d’un paysage crépusculaire, nommé Yport la nuit, que l’artiste impressionniste a sans doute réalisé dans le petit port de la côte d’Albâtre, dans la première moitié des années 1880. À cette époque, Monet fixe les rivages et les horizons marins de la région. La feuille, bien que tirée d’une collection privée, où elle se trouvait depuis les années 1960, est bel et bien répertoriée, puisqu’on la retouve dans le volume V du catalogue raisonné de l’artiste (Lausanne, 1991). C’est au rayon du mobilier qu’il fallait ensuite rechercher les meilleurs résultats, à commencer par les 16 940 € récoltés par un paravent indochinois des environs de 1900 en bois sculpté et panneaux en soie brodés. Mais on notait surtout deux pièces exécutées dans la première moitié du XXe siècle, par la maison Daydé, établie à Revel (Haute-Garonne), cité réputée pour ses ébénistes… 12 221 € étaient requis pour déménager la réplique de la commode attribuée à Jean-Henri Riesener, commandée pour le cabinet de repos du roi à Fontainebleau ; puis 9 075 € pour le bureau à cylindre livré par le même ébéniste pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette au château des Tuileries. 

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne