Gazette Drouot logo print

Le charme de l’école bolognaise, la modernité de Perriand

Publié le , par Philippe Dufour

Lorenzo Costa a peint, avec l’aide de son atelier, cette scène religieuse, qui, par son résultat, comblait tous les espoirs.

Le charme de l’école bolognaise, la modernité de Perriand
Lorenzo Costa (vers 1460-1535) et atelier, La Sainte famille (Adoration de l’Enfant), huile sur panneau, 81,5 61,8 cm.
Adjugé : 69 540 

Natif de Ferrare, Lorenzo Costa y commence son apprentissage avant de s’installer à Bologne, où il expérimente les tendances artistiques qui traversent les villes de la région, regroupées aujourd’hui sous la bannière de l’Émilie-Romagne. Cette Sainte Famille (Adoration de l’Enfant), une huile sur panneau (81,5 61,8 cm) aux ombres marquées, témoigne en particulier d’une influence, celle du Vénitien Giovanni Bellini. Arborant de surcroît un pedigree sans défaut, puisque ayant appartenu à plusieurs collections américaines prestigieuses – comme celle d’Andrew Carnegie, à New York –, elle pouvait grimper sans peine jusqu’à 69 540 €, soit six fois son estimation haute. À cela n’était pas étranger le fait que la peinture était présentée dans son cadre d’origine (127 100 cm) : en bois sculpté et doré d’époque Renaissance, orné à la base de deux blasons peints, il serait sans doute de la main du peintre Francesco Francia. Changement radical d’époque et de style avec les trois lots suivants, des créations de Charlotte Perriand. Tout d’abord, et pour 39 040 €, une table basse dite «Forme libre», des environs de 1956, au plateau en frêne massif incisé de formes géométriques sur les côtés et reposant sur trois pieds en métal fuselé et à section triangulaire laqué noir (37,5 120 x 80 cm). D’une édition Steph Simon, elle provenait de la collection de monsieur H. de Strasbourg, qui l’avait acquise avant 1965. Ce même connaisseur de Perriand possédait aussi deux tabourets tripodes «berger», du modèle créé en 1953 (h. 28 cm, diam. 33 cm) ; ils étaient ici accessibles pour 5 856 et 5 734 €. Quant à la peinture moderne, elle était représentée par une toile de Lucien Victor Félix Delpy décrivant Le Quai de Concarneau animé (50 61,5 cm), située et datée «1935». On la décrochait en échange de 6 344 €.

tableaux anciens, mobilier et objets d'art, instruments à vent, militaria, vins et alcools, design
jeudi 30 janvier 2020 - 14:00 (CET) -
Nantes Enchères Talma
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot