Un résultat millionnaire pour Lé Phô

Le 14 octobre 2020, par Sophie Reyssat

Le Vietnam célébrait ses peintres, portés par des batailles d’enchères internationales.

Lé Phô (1907-2001), Jeune fille aux pivoines, vers 1945, encre et couleurs sur soie, 91 71 cm.
Adjugé : 1 165 000 €

Les enchères étaient internationales pour les artistes vietnamiens présents aux cimaises, Lé Phô, Mai Trung Thu et Vu Cao Dam en tête, dont une sélection d’œuvres, appartenant à des collections constituées entre 1945 et 1950, était proposée. L’engouement pour les peintres issus de la première promotion de l’École supérieure des beaux-arts d’Indochine, fondée en 1925, permettait à cette dispersion de récolter 3,78 M€ pour 31 lots vendus. Les œuvres les plus importantes étaient emportées par les amateurs vietnamiens. Lé Phô prenait la tête de ce florilège, grâce à sa Jeune fille aux pivoines. Son résultat, 1,165 M€, la place juste derrière le record mondial détenu par un nu vendu à Hong Kong l’an passé. Le sujet de la jeune fille en fleurs célébrée ce mardi n’est pas totalement vietnamien, mais illustre la fusion opérée par l’artiste entre les traditions de son pays et la manière occidentale. Le support demeure en soie, et la jeune femme est une beauté tonkinoise portant la coiffe et la robe ancestrale ao dai. Cependant, sa posture a la grâce des portraits maniéristes italiens, et le coquillage, emblème de Vénus, est posé près d’elle sur le guéridon. Fleur noble de l’Asie, parlant d’amour en Europe lorsqu’elle est rouge, la pivoine réunit les deux mondes dans un éclatant bouquet, un sujet que l’artiste se plaît alors à travailler. Réalisée vers 1945, l’œuvre a conservé la fraîcheur de ses couleurs vives. Acquise en 1950 auprès de la galerie Romanet et conservée au sein de la même famille, elle était inédite sur le marché. Un atout à ajouter à son grand format. Une autre peinture sur soie de Lé Phô obtenait un beau succès : Les Deux Sœurs au balcon, qui décrochait 590 560 € sur une estimation haute de 300 000 € (60 46 cm, voir l'article Lé Phô, l’art du Vietnam dans tous ses états Gazette n° 34, page 105). Représentées à La Toilette, deux autres femmes peintes par Nguyen Phan Chanh ne trouvaient pas preneur.
 

Alors que les peintres vietnamiens se sont rendus en France au début des années 1930, Alix Aymé (1894-1989) a fait le voyage inverse. Elle
Alors que les peintres vietnamiens se sont rendus en France au début des années 1930, Alix Aymé (1894-1989) a fait le voyage inverse. Elle a ainsi contribué à la renaissance de l’art de la laque, devenu son matériau de prédilection. Plusieurs œuvres l’illustraient, dont cette Fillette à la tourterelle (45,5 38 cm), emportée pour 35 100 €. Pendant plus de vingt ans, l’artiste a sillonné le Vietnam, mais aussi le Laos et le Cambodge, immortalisant par son travail les visages croisés sur son chemin, comme l’illustrait également un portrait à l’eau-forte, Mon amie annamite, Tien Maï, négocié à 2 600 € (20,7 17,5).
Réalisé plus tardivement que les autres œuvres vedettes de cette dispersion – entre 1950 et 1970 –, ce triptyque en laque artistiquement t
Réalisé plus tardivement que les autres œuvres vedettes de cette dispersion – entre 1950 et 1970 –, ce triptyque en laque artistiquement travaillée, décrivant un joli sujet dans un format intéressant (120 135 cm), créait la surprise à hauteur de 207 760 €. Ces Jeunes filles au jardin sont signées Nguyen Siên (1916-2014). Il s’agit d’un record mondial pour cet artiste méconnu, dont le meilleur résultat ne dépassait pas 3 000 € jusqu’alors à Hong Kong, et pour lequel deux amateurs se sont emballés. Un résultat qui pourrait être de bon augure pour la cote d’autres artistes asiatiques attendant d’être mis en lumière.

Ce Nu pudique empreint de délicatesse est un sujet inhabituel dans le travail de Vu Cao Dam (1908-2000), qui l’a réalisé à l’encre et coul
Ce Nu pudique empreint de délicatesse est un sujet inhabituel dans le travail de Vu Cao Dam (1908-2000), qui l’a réalisé à l’encre et couleurs sur soie en 1941 (58,5 44,5 cm). Une longue bataille d’enchères récompensait ce sujet rare, emporté à 179 400 €. Façonnée à la même époque, une terre cuite de l’artiste était également emportée au double de son estimation. Il fallait en effet prévoir 62 400 € pour Deux jeunes femmes liées par l’amitié (37 18 11 cm). Ces dernières années, un intérêt croissant est perceptible pour les sculptures de Vu Cao Dam, peu fréquentes en ventes publiques.
Le Vent, illustré par une création de Mai Trung Thu (1906-1980), datant de 1945 et décrochée à 195 000 € (55 x 46 cm, voirGazette n° 34, p
Le Vent, illustré par une création de Mai Trung Thu (1906-1980), datant de 1945 et décrochée à 195 000 € (55 46 cm), soufflait dans le sens de l’artiste. Il était représenté par sept œuvres à l’encre et couleurs sur soie évoquant la vie quotidienne, qui totalisaient plus de 1,1 M€. La plus appréciée, à 220 520 €, était Le Jeu, mettant ces deux bambins en scène en 1960. Le sujet est présenté dans son cadre d’origine (23,5 101 cm, voir photo). Multipliant par huit son estimation basse, une mère donnant le bain à son enfant (45,5 29,8 cm) suivait de près, à 207 760 €. Elle a été immortalisée par le peintre en 1942.
mardi 06 octobre 2020 - 14:30 - Live
Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne