facebook
Gazette Drouot logo print

Le temps suspendu de Maria Van Oosterwyck

Le 01 avril 2021, par Philippe Dufour

C’est l’œuvre d’une femme peintre qui vient de triompher à Troyes, juste récompense pour cette virtuose hollandaise de la nature morte, adulée hier comme aujourd’hui.

Le temps suspendu de Maria Van Oosterwyck
Maria Van Oosterwyck (1630-1693), Bouquet de fleurs dans un vase en grès du Rhin posé sur un entablement à côté d’une nature morte de coquillages, toile signée, 101,5 78 cm.
Adjugé : 806 000 

Son corpus est aussi mince que celui d’un Vermeer, en raison de la méticulosité accordée à la réalisation de chacune de ses peintures, comme aux aléas de l’Histoire, qui les font disparaître. Pourtant, Maria Van Oosterwyck était non seulement l’une des rares femmes artistes de son temps à Amsterdam, mais aussi l’une des plus cotées pour ses sublimes natures mortes au rendu si réaliste (voir l'article Maria Van Oosterwyck, la nature au féminin de la Gazette n° 9, couverture et l'article La vanité des sachants de Maria Van Oosterwyck page 13). D’ailleurs, parmi ses commanditaires, le roi Louis XIV, l’empereur d’Autriche Léopold Ier et Guillaume III d’Angleterre figurent en bonne place… Son Bouquet de fleurs dans un vase en grès du Rhin posé sur un entablement à côté d’une nature morte de coquillages (101,5 78 cm), provenant d’une propriété de Lorraine, ne pouvait donc que multiplier par six son estimation haute, en fusant à 806 000 €. Il a été finalement acquis par un grand collectionneur européen, qui aura ferraillé avec huit autres enchérisseurs internationaux au téléphone. Ce faisant, la toile signée inscrit la seconde meilleure enchère mondiale pour l’artiste (source : Artnet). Il est vrai que le somptueux bouquet atteste particulièrement d’une fameuse virtuosité, rassemblant des fleurs de toutes les saisons, tulipes, pivoines, ancolies, iris ou encore viornes. Mais la leçon morale n’est jamais bien loin avec cette fille de pasteur, dont les natures mortes peuvent aussi bien être appréhendées sur le mode des vanités. Ainsi, les insectes butinant les floraisons trop épanouies parlent du temps qui passe, et les coquillages rares rappellent la fatuité des savants désireux de tout classer, chose impossible à réaliser…

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot