L’oiseau de Max Ernst faisait son nid au cœur de deux collections dédiées à Michaux

Le 28 mars 2019, par Anne Doridou-Heim
Max Ernst (1891-1976), L’Invention ou l’Oiseau de l’infini, 1921, collage et gouache, 10,5 7,8 cm.
Adjugé : 353 472 

Deux collections privées relatives à Henri Michaux (1899-1984) étaient dispersées au cours de cette session : celles de René Bertelé, l’éditeur de l’artiste protéiforme, et celle de Bernard Loliée, l’un de ses plus fidèles amateurs. Ensemble, et parce qu’elles se complétaient harmonieusement, elles totalisaient 1 058 696 €, cela avec 89 % des lots vendus. Le papier en est le fil rouge, support des livres, mais aussi des dessins, gouaches et autres collages. Il y a un peu plus de vingt ans déjà le 28 novembre 1997, chez Me Paul Renaud , une grande partie du fonds de livres de René Bertelé avait été proposée aux enchères, mais il avait alors été impossible à sa sœur, Geneviève Vallette, de se séparer des œuvres majeures l’«Événement» consacré dans la Gazette du 8 mars dernier à cette vente le rappelait (page 15). Et notamment de cette pièce emblématique du travail de Michaux, Le Clown (reproduite page de gauche), une gouache sur papier de 1939 avec laquelle ces mots résonnent : «Clown, abattant dans la risée, dans le grotesque, dans l’esclaffement, le sens que contre toute lumière de m’étais fait de mon importance/Je plongerai». Une œuvre très personnelle donc, longtemps désirée par Claude Berri, qui selon Claude Oterelo, était prêt à débourser 100 000 € pour l’acquérir  et qui, en l’absence de l’homme de cinéma disparu en 2009, partait tout de même pour une nouvelle rencontre à 85 582 €. Un autre visage saisissant était celui aquarellé pour accompagner le recueil Au pays de la magie (22,5 22 cm). Maintes fois reproduit, maintes fois exposé dans les plus grandes institutions européennes, il s’exprimait ici à 60 536 €. Petit détour par un paysage habité de formes ici et là sont-elles humaines ? La question demeure. Cette aquarelle de 1941, intitulée Mes propriétés (22,8 29,8 cm), se laissait appréhender sans délivrer tous ses mystères à 28 336 € (voir page 16 de la Gazette no 9).
 

Henri Michaux (1899-1984), Le Clown, 1939, gouache sur papier, 50 x 32 cm. Adjugé : 85 592 €
Henri Michaux (1899-1984), Le Clown, 1939, gouache sur papier, 50 32 cm.
Adjugé : 85 592 



Dans la nuit noire
Les ouvrages et les gouaches sur fond noir provenant de Bernard Loliée complétaient naturellement les premiers et recevaient des hommages à la hauteur de leurs qualités. 25 760 € saluaient des Personnages des années 1937-1939 (15,7 20,4 cm), 33 488 € une œuvre Sans titre (26 17 cm), exécutée dans les mêmes années, et encore 29 624 € une troisième (14,5 10 cm). Elles appellent à se souvenir de ces mots du poète (in Émergences-Résurgences, 1972) : «Dès que je commence, dès que se trouvent mises sur la feuille de papier noir quelques couleurs, elle cesse d’être feuille et devient nuit. Les couleurs posées presque au hasard sont devenues des apparitions… Dans le noir ce qu’il importe de connaître, et c’est dans la nuit que l’humanité s’est formée en son premier âge, et où elle a vécu son moyen âge». De fait, ce sont bien d’apparitions de fulgurances presque qu’il s’agit, transperçant le papier de leurs silhouettes incandescentes. Une autre apparition était celle du visage figuré en mosaïque de box imitant la peau de cobra, par Georges Leroux (1922-1999) en 1989, pour recouvrir le Meidosems (reproduit page 127) de l’écrivain, publié en 1948 aux éditions du Point du jour. Michaux l’avait lui-même enrichi de douze lithographies originales de son jet, cet exemplaire étant accompagné en outre de trois lithographies originales ne figurant pas dans l’ouvrage : une qualité supplémentaire qui le menait à 24 437 €.

 

Henri Michaux (1899-1984), Meidosems, Paris, éditions du Point du jour, 1948, in-4o, accompagné de douze lithographies de l’auteur, couverture mosaïqu
Henri Michaux (1899-1984), Meidosems, Paris, éditions du Point du jour, 1948, in-4o, accompagné de douze lithographies de l’auteur, couverture mosaïquée de Leroux en 1989.
Adjugé : 24 437 



Irruption de l’irrationnel
Respectant l’ordre du catalogue, le très beau collage et gouache de Max Ernst (1891-1976 - reproduit ci-dessous) n’arrive qu’à la fin de cette présentation des résultats. Et pourtant, il les a largement dominés de sa superbe, s’envolant dans tous les sens du terme à 353 472 €. Exécuté en 1921, il illustre les mots posés par son auteur en 1936 (in Ulrich Bischoff, Max Ernst (1891-1976) : au-delà de la peinture, 1987) : «Quelle est la plus noble conquête du collage ? C’est l’irrationnel. C’est l’irruption magistrale de l’irrationnel dans tous les domaines de l’art […]. Qui dit collage dit l’irrationnel». Cette œuvre est exposée l’année même de sa réalisation à la galerie parisienne Au sans pareil. Malheureusement, Ernst ne peut y assister, ayant interdiction de quitter l’Allemagne. Paul Éluard, qui a été fasciné par son travail, vient lui rendre visite à Cologne, et choisira cette Invention ou l’Oiseau de l’infini ainsi que d’autres collages pour illustrer son nouveau recueil de poésie, Répétitions. C’est le début d’une grande amitié. Enfin, puisqu’il est question de collages et d’amis, et que c’est probablement Michaux qui présenta Bertelé à Jacques Prévert (1900-1977), quelques montages de ce dernier viendront conclure de leurs associations, pleines d’humour et de profondeur, l’univers bien riche des amateurs de surréalisme. 7 084 € emportaient celui dédicacé à Marcel Duhamel, éditeur et créateur de «La Série noire» et compagnon de la première heure de Prévert (reproduit page de droite), et 8 372 € le Paradis terrestre. Une émotion palpable, même sans mots…

 

Jacques Prévert (1900-1977), collage original dédicacé à Marcel Duhamel (1900-1977), 36,5 x 23 cm. Adjugé : 7 084 €
Jacques Prévert (1900-1977), collage original dédicacé à Marcel Duhamel (1900-1977), 36,5 23 cm.
Adjugé : 7 084 


 

vendredi 22 mars 2019 - 14:30 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Binoche et Giquello
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne