Joséphine et autres personnalités historiques

Le 11 juin 2020, par Sophie Reyssat

L’impératrice Joséphine était la muse de cette dispersion, qui réussit aux miniaturistes Isabey et Augustin.

Jean-Baptiste Isabey (1767-1855), L’Impératrice Joséphine, en buste de trois-quarts face, en robe de mousseline blanche et châle écarlate, portant un diadème en camée, miniature signée d’époque Consulat ou du début de l’Empire, sous verre, miniature : 7 3,1 cm.
Adjugé : 53 750 

Cette effigie de Joséphine rejoint une collection privée étrangère, après une bataille d’enchères à plus du double de son estimation. Il s’agit en effet d’une rareté, en raison de la précocité de son exécution par Jean-Baptiste Isabey. L’impératrice porte un diadème similaire à celui représenté dans un portrait exécuté par le Baron Gérard en 1801, et conservé au musée de l’Ermitage. Un second miniaturiste était à l’honneur, Jean Baptiste Jacques Augustin. Son carnet de dessins et de croquis, identifiant certaines des plus grandes personnalités de son temps, a été acquis par ses descendants, moyennant 18 125 € (voir l'article Les visages de l’Empire de la Gazette n° 21, page 94). D’autres grands noms étaient évoqués par les arts de la table. Napoléon III était ainsi en première ligne, grâce à un service en cristal portant son chiffre «N» sous couronne : vendu en plusieurs lots, il totalisait 22 313 €. Le souvenir du roi Joachim Murat revivait quant à lui à travers une partie de service en argent du premier Empire, emporté pour 12 500 €. Certains de ses couverts portent les poinçons des orfèvres Jean Antoine Hervier et Lorillon. Ce dernier, spécialisé dans la fabrication des cuillères, travaillait pour Martin-Guillaume Biennais. Dans une veine plus martiale, une giberne d’officier du prestigieux 10e régiment de chasseurs à cheval, remontant à l’époque du Directoire ou du Consulat, décrochait 21 250 € sur une estimation haute de 4 000 €. Il fallait également prévoir 16 875 € pour un sabre de général au modèle du réglement de Vendémiaire An XII, datant du premier Empire. Des préemptions sont également à signaler : une partie de service en cristal au chiffre du prince Eugène pour le château de Fontainebleau, à hauteur de 10 875 €, et des documents ayant appartenu à Hortense de Beauharnais, duchesse de Saint-Leu, pour le Musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau, moyennant 4 875 €.

dimanche 31 mai 2020 - 14:00 - Live
9-11, rue Royale 77300 Fontainebleau
Osenat
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne