Très chère heure…

Le 05 décembre 2019, par Anne Doridou-Heim

Les aiguilles d’un chronographe de Patek Philippe tournaient, tournaient… à vive allure !

Patek Philippe, chronographe, bracelet en or rose, mouvement mécanique, capsule de projection, diam. 35 mm.
Adjugé : 215 900 

En 1940, la maison de haute horlogerie Patek Philippe poursuit ses innovations en lançant sa première-montre bracelet avec chronographe résistant à l’eau. Un spécimen de cette référence, la 1463, produite jusqu’en 1965, effectuait sa première plongée dans le grand bain des enchères et en remontait victorieux de 215 900 €. Ce très beau score récompensait un modèle en or rose, fabriqué pour le marché français et conservé par les descendants de son premier porteur. La maison suisse, depuis sa fondation en 1839, est une grande habituée des brevets et des succès. Les deux premiers ont honoré son système de remontage et celui de sa mise à l’heure sans clé (respectivement 1844 et 1845), suivis de ceux du régulateur de précision (1881), du quantième perpétuel pour les montres de poche (1889), du premier double chronographe (1902)… la liste est longue. La montre résistante à l’eau correspond à la double décennie 1930-1940, marquant un nouveau départ avec l’entrée au capital des frères Stern et d’autres succès. En 1944, Patek Philippe a ainsi remporté un nombre record de premiers prix de précision au concours de l’Observatoire astronomique de Genève. Au chapitre des bijoux, les bagues retenaient également toutes les attentions. L’envie se concrétisait à 34 290 € pour un modèle en or gris demi-jonc orné d’un diamant demi-taille de 5,39 ct (L, VS2), et à 69 850 € pour un autre en or gris lui aussi, griffé d’un diamant taillé en émeraude de 5,33 ct (G, VS2).

lundi 25 novembre 2019 - 02:00 - Live
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne