Adolphe Roehn, Jean-Baptiste Olive et des diamants

Le 10 octobre 2019, par Philippe Dufour

La création de nouveaux États indépendants dans les anciennes colonies royales suscita l’enthousiasme de certains artistes français, prêts à relayer les hauts faits de leurs dirigeants.

Adolphe Roehn (1780-1867), La Prestation de serment du président Boyer, place du Palais à Haïti, huile sur toile, 54 65 cm.
Adjugé : 15 488 

Le peintre Adolphe Roehn a été l’un d’entre eux ; chroniqueur de la geste napoléonienne, il devait peindre à la fin des années 1810 La Prestation de serment du président Boyer, place du Palais à Haïti (54 65 cm). L’événement se situe en 1818 quand Jean-Pierre Boyer (1776-1850), un mulâtre, devient le premier président de la grande île des Caraïbes (voir l'article Un moment historique de la Gazette n° 32, page 110), qu’il finira par unifier. Rare et lumineux témoignage sur un épisode de l’émancipation de populations issues de l’esclavage, la toile doublait son estimation maximale, en s’établissant à 15 488 €. Plus classique, un panneau du provençal Jean-Baptiste Olive reprenait l’un de ces thèmes récurrents : le littoral marseillais. Bord de mer méditerranéen (32 41 cm), où chantent les bleus violines des fonds marins et les blancs éclatants des rochers, voguait à 6 050 €. Place ensuite à la peinture hollandaise, avec une paire de natures mortes de Jacoba Maria Van Nickelen. Ces deux toiles, accessibles pour 4 900 €, sont caractéristiques du travail de cette femme peintre, née à Haarlem. En guise d’épilogue, évoquons un beau résultat de 41 140 €, attribué à une paire de pendants d’oreilles en diamants ; ils étaient en or blanc, sertis chacun de sept diamants de taille ancienne, et d’un diamant plus important (5,5 et 6 ct), de couleur K/M, pureté VS1, pour un poids brut de 7,9 g.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne