facebook
Gazette Drouot logo print

Cartier, seigneur de l’anneau

Le 25 novembre 2021, par Anne Doridou-Heim

Une création portant les codes de l’art déco de la maison joaillière accrochait les regards.

Cartier, seigneur de l’anneau
Cartier New York, vers 1925, broche en platine et or gris présentant un anneau en cristal de roche souligné d’une ligne de diamants de taille ancienne, épaulé de palmettes et viroles serties de diamants, 7,5 3,4 cm, poids brut 31,4 g.
Adjugé : 70 400 

La passion de Louis Cartier (1875-1942) pour les arts de l’Orient a donné naissance à un style joaillier qui s’est répandu comme une traînée d’étoiles dans le monde entier. Cette histoire actuellement retracée dans une scénographie du musée des Arts décoratifs («Cartier et les arts de l’Islam. Aux sources de la modernité», jusqu’au 20 février 2022) n’est que l’une des facettes scintillantes de cette grande maison à la belle époque de l’art déco. Cartier triomphe lors de l’Exposition à Paris de 1925 avec ses créations à la fois précieuses et avant-gardistes. On peut lire dans le numéro de Vogue du mois d’août : «La vitrine Cartier est l’une des plus riches en trouvailles de toutes sortes, en même temps que l’une de celles où l’art moderne s’exprime le plus nettement». Le blanc y est très présent – blanc des métaux, blanc du diamant, blanc du cristal de roche encore – et les formes géométriques y tiennent toute leur place. Ce style unique était porté par cette broche en platine et or gris dessinant un anneau en cristal de roche souligné de diamants, réalisé par l’antenne new-yorkaise vers 1925. Il séduisait hier et attire aujourd’hui encore, puisque pas moins de 70 400 € ont été déposés pour ce bijou d’un extrême raffinement.

Panorama (après-vente)

Un diamant peut en cacher un autre

Le 25 novembre 2021, par Anne Doridou-Heim
Un diamant peut en cacher un autre

Quand on aime, on ne compte pas ! L’adage s’applique parfaitement aux diamants, dont la désirabilité ne se dément pas. Lors de la vacation de Gros & Delettrez du mardi 16 novembre, à Drouot, deux gemmes ornant chacune une bague brillaient au plus haut. Ce solitaire taillé en brillant de 12,63 ct, de couleur E et de pureté SI2, était acquis à 279 040 € et un diamant de taille émeraude de 7,14 ct (couleur G et pureté VS2) à 156 160 €.

mardi 16 novembre 2021 - 14:00 - Live
Gros & Delettrez
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot