Gazette Drouot logo print

François Rouan, sous la matière, la figure

Le 01 décembre 2021, par Caroline Legrand

François Rouan poursuit ses recherches formelles et plastiques dans les années 1980 par un travail centré sur la technique de la cire.

François Rouan, sous la matière, la figure
François Rouan (né en 1943), Le Tombeau de Primatia I, peinture à la cire sur aluminium, signée, 84 67 cm.
Estimation : 15 000/20 000 



Dans l’épaisseur de la matière de cette peinture à la cire sur aluminium, on distingue quelques formes : des figures féminines, caryatides qui supportent un temple, Le Tombeau de Primatia I imaginé par François Rouan en prenant sans doute pour modèle les constructions grecques antiques, tel le célèbre Érechthéion de l’acropole d’Athènes. Acquise à la galerie Templon à Paris en 2004, cette œuvre est caractéristique du travail de l’artiste contemporain dans les années 1980, mais aussi de sa vision de l’art : «La peinture véritable se révèle là où l’objet opère une résistance à livrer entièrement son message». Né à Montpellier en 1943, François Rouan a une révélation en 1957 lors d’une visite au musée Fabre, où il découvre les tableaux de Courbet et Bazille. Un an plus tard il entre aux beaux-arts de sa ville natale, d’où il sortira diplômé en 1961. Durant les sept années suivantes, il inscrit sa démarche dans le cadre du mouvement Supports/Surfaces. Commence alors une réflexion sur la matière. Rouan s’essaie tout d’abord aux papiers collés ou fendus, en référence notamment au travail de Matisse, puis au tressage entre 1966 et 2016 – qui constituera un pan essentiel de sa carrière, mis justement en valeur lors d’une exposition au musée Fabre de Montpellier en 2017. Le tissu puis la cire seront quelques-unes des autres variations des media de l’artiste sur le thème de la vibration des couleurs, du relief de la matière et d’une figuration dissimulée derrière le voile de l’abstraction.
 

Agenda

La peinture abstraite tiendra la tête de cette affiche grâce à une toile produite en 1977 par Olivier Debré, Gris, rose, violet (15 000/20 000 €), et un dessin au fusain et estompe sur papier de Bernar Venet, Undetermined Line (12 000/15 000 €). À la frontière de la figuration et de l'abstraction, Le Tombeau de Primatia I, une peinture à la cire sur aluminium de François Rouan laissant à peine apparaître des figures de caryatides sous la matière, sera présenté avec une estimation de 15 000/20 000 € (Voir Gazette n°43, page 204). Le symboliste belge Léon Spilliaert livrera quant à lui contre 10 000/15 000 € une aquarelle, Le Petit Chaperon rouge. On remarque enfin un rare habit de chevalier de l'ordre du Saint-Esprit ayant appartenu à Louis-François Chamillart, marquis de la Suze (1751-1833), annoncé à 8 000/12 000 €, et un pichet en terre cuite vernissée vert de Louis Léopold Thuilant à Prévelles, à décor en relief d'animaux, d'un jardinier tenant un artichaut, de sarments de vigne et épis de blé, le bec verseur simulant une tête de cheval harnaché (8 000/9 000 €).  

tableaux anciens, modernes et contemporains, bijoux, argenterie, vins et alcools, mobilier et objets d'art, objets de vitrine, verreries, armes, militaria, souvenirs historiques, décorations, insignes, sculptures, bronzes, meubles anciens et de style collections Chamillart et Hanotaux
samedi 11 décembre 2021 - 14:00 (CET)
16, rue du Bon-Pasteur - 72000 Le Mans
Sarthe Enchères
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot