Gazette Drouot logo print

Corne chinoise à décor hivernal

Publié le , par Claire Papon

Objet de prestige, les coupes en corne de rhinocéros sont parmi les objets les plus prisés depuis de nombreuses années.

Coupe libatoire en corne de rhinocéros sculptée et ajourée à décor des Trois amis... Corne chinoise à décor hivernal
Coupe libatoire en corne de rhinocéros sculptée et ajourée à décor des Trois amis de l’hiver, XVIIIe-début XIXe siècle. h. 12. l. 18 cm.
Estimation : 30 000/50 000 €
Adjugé : 39 000 €

À défaut de prétendre au meilleur résultat de l’après-midi, celui-ci étant espéré sur un vase double gourde en porcelaine bleu et blanc de marque et d’époque Jiaqing (250 000/350 000 €, voir l'article Vase chinois impérial : à la poursuite de la perle sacrée de la Gazette n° 13, page 8), notre objet est attendu en bonne place. Par les amateurs européens mais surtout par la clientèle asiatique fortunée. Prisée dans la médecine chinoise traditionnelle pour ses vertus thérapeutiques –réduite en poudre, elle soignerait le paludisme, l’épilepsie, les rhumatismes… – et aphrodisiaques, la corne de rhinocéros est un objet de lettré devenu objet de collection. Les coupes servent de supports pour pinceaux, de godets de peintre, mais aussi de récipients pour les breuvages lors des cérémonies. Elles s’ornent de motifs sculptés, évocations de la nature liées au taoïsme : fleurs de lotus, champignons de longévité, phénix, lettrés ou immortels dans la montagne, ou comme ici Les Trois Amis de l’hiver. Comprenez pin, prunus et bambou s’élevant des flots ou émergeant de rochers, les deux premiers formant l’anse de la coupe, une branche d’abricotier du Japon (le prunus) ornant l’extrémité de la lèvre. Également appelés «Les trois amis du froid», ils font référence à ces trois végétaux qui, à l’approche de l’hiver, alors que la plupart des plantes commencent à dépérir, continuent à vivre. Incarnant les vertus de persévérance, d’intégrité et de modestie, qualités primordiales de l’homme lettré.

Agenda

Ainsi que le veut la tradition, le lever de rideau de cette vente classique revient aux dessins et tableaux anciens. Ici, une Tête de femme de face regardant vers le bas (pierre noire, estompe et sanguine) de François Boucher (5 000/6 000 €), un peu plus loin une Nature morte au melon, à la grenade, raisins et figues de l'artiste ayant travaillé à Avignon puis à Rome, Reynaud Levieux (5 000/8 000 €), un Portrait de dame dans l'esprit de la Renaissance de l'école française vers 1800 (dans un cadre en bois sculpté doré XVIIIe, 4 000/6 000 €). De Louis Daguerre, on découvre non une photographie mais une toile des années 1820, La Visite au tombeau dans un cloître (3 000/5 000 €), Une baigneuse à la source d'Adolphe Jourdan dans la veine ingresque, peut-être présentée au Salon de Paris en 1870, sous le titre La Source, nécessitant 20 000/30 000 €. Connu des amateurs, c'est à hauteur de 20 000/30 000 € qu'il faut prévoir de s'engager pour un panneau d'Eugène Boudin, Pêcheurs rangeant leurs filets à Étretat, autour de 6 000/8 000 € que l'on suivra Georges Masson pour une Vue du port de Saint-Jean-de-Luz (6 000/8 000 €). Un dessin conservé au Louvre par Giovanni Angelo Canini (1609-1666) figure un vase dans le même esprit qu'une paire d'urnes couvertes en porphyre mouluré et sculpté, la partie inférieure à cannelures torse, probablement un travail romain d'époque Louis XIV (40 000/60 000 €), une suite de cinq médaillons en noyer sculpté de personnages royaux de la cour d'Espagne et de France (XVIIIe) auraient été offerts par Guy de Rothschild et proviendraient du château de Ferrières (5 000/6 000 €). Le meilleur résultat est attendu en seconde partie d'après-midi sur un vase double gourde en porcelaine bleu et blanc d'époque Jiaqing à décor de dragons. Il est estimé 250 000/350 000 € (voir Gazette n° 13, page 8). À ses côtés, un petit plateau floriforme de même époque, en porcelaine et émaux de la famille rose à décor de fleurs de lotus, s'avance à 12 000/15 000 €, une coupe libatoire en corne de rhinocéros sculpté sur le thème des Trois amis de l'hiver (XVIIIe-début XIXe) à 30 000/50 000 €.

vendredi 22 avril 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 75009
Gros & Delettrez
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot