Le rouge chez Chu Teh-chun

Le 28 octobre 2020, par Caroline Legrand

Le centenaire de la naissance de Chu Teh-chun est dignement fêté aux enchères avec le passage de nombreuses œuvres cette année, dont cette toile flamboyante de 1975 à Lyon.

Chu Teh-chun (1920-2014), Sans titre, 1975, huile sur toile, signée et datée « 3.12.75 » au dos, 41 33 cm.
Estimation : 50 000/80 000 

Le rouge est la couleur de la joie et de la bonne fortune en Chine ; il porte bonheur dans la plupart des fêtes et commémorations, aux côtés du jaune et du vert. Rattaché à l’élément primordial du feu, le rouge exprime aussi mieux que tout autre coloris les émotions que Chu Teh-chun veut transmettre par ses peintures. À sa palette, l’artiste ajoute une gestuelle bien particulière, dynamique et virevoltante, issue du courant de l’abstraction lyrique en vogue au moment de son arrivée en France, dans les années 1950. Ses grands coups de brosse large sont nettement visibles dans la matière, participant de l’énergie même du tableau. Datée du 3 décembre 1975, cette toile a été achetée à la galerie Frédérique, à Gray en Haute-Saône, lors d’une exposition collective où Chu Teh-chun partageait les cimaises avec Élisabeth Adams, Pierre Gastaud, Ladislas Kijno et James Pichette. Autant d’artistes qui partagent avec le peintre franco-chinois son goût pour l’abstraction. Mêlant technique occidentale de l’huile sur toile et spiritualité chinoise – avec cet attrait du vide se concentrant au centre de sa composition d’où le blanc tente d’émerger, mais aussi un certain culte de l’artiste démiurge qui construit son paysage mental –, Chu Teh-chun a su élaborer un vocabulaire universel, qui lui assure aujourd’hui un succès international.

Agenda
L'art moderne s'imposera à Lyon le 7 novembre avec une toile peinte en 1975 par Chu Teh-chun, à envisager à 50 000/80 000 € (voir Gazette n° 38 page 108), ou encore, à 20 000/30 000 €, une photolithographie en couleurs du surréaliste Man Ray, À l'heure de l'observatoire - Les amoureux de 1970, éditée à Paris par Jean Petithory et numérotée EA I/II. Peintre du mouvement CoBrA, Jean-Michel Atlan proposera en échange de 6 000/8 000 € une toile Sans titre, de 1957 – passée par la collection Jacques Polieri à Paris puis une autre particulière à Toulouse –, tandis que le Lyonnais Jacques Truphémus livrera moyennant 4 000/6 000 € une vue du Port d'Amsterdam, de 1968. Signalons enfin pour le mobilier une bibliothèque dite Carlton d'Ettore Sottsass à structure en bois recouvert de mélaminé polychrome, éditée par Memphis (5 000/8 000 €), et une table ovale à pied tulipe d'Eero Saarinen, en fonte recouverte de rislan noir et à plateau de granit rose, une édition Knoll International (3 500/4 500 €).  
samedi 07 novembre 2020 - 14:30,16:30 - Live
Lyon - Hôtel des ventes, 70, rue Vendôme - 69006
De Baecque et Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne