Gazette Drouot logo print

Victoires en série pour les peintres de Bretagne et de Paris

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 07 décembre 2019 - 14:30 (CET) - Hôtel des ventes, 26, rue du Château - 29200 Brest

Écoles bretonnes et modernes se mêlaient à Brest, pour composer l’un des menus les plus attrayants du moment. Buffet, Krizek, Méheut et tant d’autres se succédaient, entraînés par des toiles d’Henry Moret.

Henry Moret (1856-1913), Groix, 1891, huile sur toile, 73 x 92 cm. Adjugé : 366 ... Victoires en série pour les peintres de Bretagne et de Paris
Henry Moret (1856-1913), Groix, 1891, huile sur toile, 73 92 cm.
Adjugé : 366 000 

Groix, peinte par Moret en 1891, décrochait 366 000 €, dépassant très largement l’estimation maximale (voir l'article La couleur en ligne de mire de la Gazette n° 41, page 196). Une œuvre novatrice à plus d’un titre avec sa technique constituée de toutes petites touches, et son coloris acide faisant contraster l’orange et le turquoise… Elle n’était pas la seule de la main du maître, puisque sa Voile rouge rivière de Merrien (55 46 cm), accompagnée également d’un certificat de Jean-Yves Rolland, a remporté aussi une belle victoire avec 115 900 €. L’art d’un autre chantre de la Bretagne, Mathurin Méheut, se laissait appréhender à travers plusieurs compositions, dont les Femmes pagures ou Femmes Bernard-l’ermite, brossées à la caséine sur toile (189 107 cm), une commande pour la villa Miramar d’Albert Kahn (47 580 €). Maurice Denis, fasciné par les scènes et les fêtes de la province celtique, avait fixé, quant à lui à 32 940 €, le Porche de la basilique du Folgoët, un jour de Pardon, tableau monogrammé de 1922 (89 113 cm). On fêtait aussi une peintre rare, Blanche Hoschedé-Monet, qui signait deux vues impressionnistes, un Paysage bord de Seine (73 60,5 cm) et La Débâcle des glaçons près de Vétheuil (60 81 cm), adjugées respectivement 37 820 € et 36 600 €. L’autre versant de la vacation, était consacré à la peinture du XXe siècle, et on y retrouvait Bernard Buffet ; il signait une Rue de village (54 73 cm), une huile de 1996, dotée d’un certificat de Maurice Garnier, et vendue 69 540 €. Dans un style très opposé, on pouvait remarquer une peinture caractéristique de Gérard Schlosser intitulée Et alors, un acrylique sablé sur toile de 2007 (80 80 cm), apprécié à hauteur de 24 400 €… Précisons, en guise d’épilogue, que cette vacation, essentiellement dédiée à la peinture, a enregistré un total de 1,97 M€.

Les Brûleurs de goémon (42,5 x 55 cm) par Maurice Denis (1870-1943) est un parfait exemple de sa peinture de jeunesse. Peint vers 1899 lor
Les Brûleurs de goémon (42,5 55 cm) par Maurice Denis (1870-1943) est un parfait exemple de sa peinture de jeunesse. Peint vers 1899 lors d’un séjour au Pouldu, elle use d’une gamme de couleurs dans un esprit tout à fait nabi. La toile évoque le ramassage du goémon sur les plages, et son brûlage pour en faire de l’engrais. Un sujet qu’il traitera à de nombreuses reprises durant cette période. Adjugée 32 940 €, la composition a été présentée dans de nombreuses expositions, la dernière, monographique, s’étant tenue au musée de Pont-Aven en 2009.
Côte rocheuse, vers Douarnenez, une huile sur toile (50 x 64 cm) d’Henry Moret (1856-1913), accompagnée d’un certificat de Jean-Yves Rolla
Côte rocheuse, vers Douarnenez, une huile sur toile (50 64 cm) d’Henry Moret (1856-1913), accompagnée d’un certificat de Jean-Yves Rolland, occupait la deuxième marche du podium avec 147 620 €. C’est l’un des nombreux sites du littoral breton que l’artiste affectionne et aime reproduire, avec le rivage lorientais, et les îles du golfe du Morbihan et du Finistère sud. Il existe un point commun entre ces lieux d’élection : leur caractère sauvage, où les rochers dénudés le disputent au ressac écumant. Jamais de pittoresque pour cet artiste, mais des éléments montrés sous un ciel souvent menaçant.

Jan Krizek (1919-1985), né en Tchécoslovaquie, étudie la peinture à Prague, avant de s’installer à Paris, où il expose dès 1948. Le travai
Jan Krizek (1919-1985), né en Tchécoslovaquie, étudie la peinture à Prague, avant de s’installer à Paris, où il expose dès 1948. Le travail de cet artiste, qui correspond avec André Breton, s’apparente au surréalisme et à l’art brut. Sa sculpture Figure, en pierre (39 19 15 cm), exécutée en 1946-1947, est une pièce historique le concernant, car elle a été vue dans l’une de ses premières manifestations parisiennes, au Foyer de l’art brut à l’automne en 1947, et à nouveau en 1948, dans le même lieu. Elle attirait ici 48 800 € (expert M. Schoeller).
Signée par André Marfaing (1925-1987), cette peinture à l’huile sur toile (162 x 130 cm), ), Sans titre, est très représentative de l’art
Signée par André Marfaing (1925-1987), cette peinture à l’huile sur toile (162 130 cm), ), Sans titre, est très représentative de l’art de ce plasticien d’origine toulousaine. Il aime jouer du contraste entre le noir et le blanc, la première teinte prenant souvent le dessus sur la seconde, qui apparaît incidemment dans des verticales comme tailladées. Le résultat d’une technique extrêmement gestuelle, au service d’une abstraction exigeante… Aussi, ses productions connaissent une cote qui ne faiblit pas, comme le confirment les 63 440 € inscrits (expert M. Schoeller).
samedi 07 décembre 2019 - 14:30 (CET) - Live
Hôtel des ventes, 26, rue du Château - 29200 Brest
Thierry - Lannon & Associés
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne