Gazette Drouot logo print

Une collection sous le charme de l’Euskal herria

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 22 septembre 2022 - 18:00 (CEST) - 12-14, rue Peyronnet - 33800 Bordeaux

Principalement tourné vers Ciboure et Saint-Jean-de-Luz, cet ensemble de 82 peintures basques fera défiler Floutier, Arrue, Masson, Choquet et les autres.

Louis Floutier (1882-1936), Mairie de Saint-Jean-de-Luz avec pêcheurs basques et... Une collection sous le charme de l’Euskal herria
Louis Floutier (1882-1936), Mairie de Saint-Jean-de-Luz avec pêcheurs basques et bretons, huile sur toile, 54 73 cm. Estimation : 20 000/30 000 


Réuni il y a une vingtaine d’années par un amoureux du Pays basque, cet ensemble s’intéresse tout particulièrement à Ciboure et Saint-Jean-de-Luz — ainsi qu’aux paysages alentour : deux villes ayant connu un grand développement depuis la fin du XIXe siècle, tout en conservant leur authenticité. L’un des premiers à dépeindre leur beauté est né à Arras. Il se nomme Gustave Colin, qui épouse en 1860 la Cibourienne Marie Cormier. Son style naturaliste est perceptible dans sa Rue animée à Ciboure, une toile attendue à 2 000/3 000 €. Son fils Charles fut l’un des membres du « Groupe des neuf », créé en 1923 dans la cité natale de Ravel. Ses plus célèbres représentants sont au sein de cette collection, tel l’Espagnol Ramiro Arrue avec deux gouaches La Gardeuse de vaches (30 000/40 000 €) et Danseurs au village (20 000/30 000 €) –, ou encore René Maxime Choquet avec Jour de marché à Ciboure. Cette huile sur carton ovale représentant des chevaux, fréquents dans l’œuvre de l’artiste, est estimée 6 000/8 000 €. Parisien, Georges Masson passa toutes les vacances de son enfance à Guéthary ; aussi s’installe-t-il tout naturellement après la Première Guerre mondiale à huit kilomètres de là, au 53, quai de la Nivelle, à Ciboure. Ses harmonies colorées et son traitement sensible de la lumière offrent une vision magnifiée de la région, comme en témoignent Le Quai devant la maison de l’Infante, une grande huile sur panneau prévue à 20 000/30 000 €, et Ciboure, la rue de l’Escalier, à 15 000/20 000 €. Représenté par onze tableaux, l’artiste était sans nul doute parmi les plus prisés de notre collectionneur, qui possédait aussi douze œuvres de Louis Floutier. Si ce dernier n’était pas membre du Groupe des neuf, il participa amplement à la promotion de l’Euskal herria en fondant la manufacture de poterie de Ciboure, en 1919. Il a aussi consacré quinze années à sa production picturale, de 1921 à 1936, abandonnant le style réaliste pour adopter une touche néo-impressionniste afin de célébrer la vie quotidienne de ses compatriotes, que ce soit devant la mairie lusienne (voir photo) ou dans une vue du Port de Saint-Jean-de-Luz depuis le quai de l’Infante (10 000/15 000 €). Un bel hommage.

jeudi 22 septembre 2022 - 18:00 (CEST) - Live
12-14, rue Peyronnet - 33800 Bordeaux
Briscadieu
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne