Une aristocratique, et confortable, berline de gala lisboète

Le 01 juillet 2021, par Philippe Dufour

C’est l’une des pépites accumulées par André Becker à Coignières : une berline au décor fleuri et armorié, évoquant les fastes de l’aristocratie portugaise. Elle devrait être l’un des clous de cette dispersion hors du commun.

Portugal, 1848. Grande berline de gala, suspension à huit ressorts, train relié par une flèche, plateforme de valet à l’arrière, décor peint de deux époques successives, intérieur d’origine, 185 460 265 cm.
Estimation : 20 000/30 000 €, Adjugé : 
286 000 €

Pour enrichir sa riche collection dédiée aux véhicules hippomobiles (voir l’Événement page 10), André Becker a pu acquérir en tout ou partie quelques ensembles d’exception. Ainsi de ceux de Dina Vierny, autre passionnée d’attelages anciens, ou de ceux de la famille Magno de Lisbonne : fort convoitée, cette dernière sélection avait été réunie par une dynastie d’entrepreneurs de pompes funèbres de la capitale lusitanienne. On y dénombrait, entre autres merveilles, plusieurs modèles historiques comme une rarissime berline française au superbe décor rocaille, du deuxième tiers du XVIIIe siècle, ou l’exquis coupé du comte de Farrobo, légèrement postérieur – tous deux proposés dans la vente du 13 juillet. Parmi ses trésors figure également cette grande berline de gala, fabriquée au Portugal et ayant appartenu à Doña Maria Isabel de Bragança e Alvares Pereira de Melo. L’aristocrate, apparentée à la famille royale alors régnante, l’a reçue en 1848 après son mariage avec Dom José de Menezes e Tavora Rapach da Silveira e Castro, deuxième marquis de Valada. Leurs armoiries sont peintes sur les panneaux de la voiture, enchassées dans un complexe décor de fleurs et de rinceaux polychromes, datant de deux époques successives. Le complètent des reliefs en bois ciselé et doré, chargés de motifs feuillagés et de grappes de raisins. Cette richesse ornementale s’explique par l’usage du véhicule, strictement réservé aux sorties en ville, spectacles et autres soirées officielles. D’un point de vue technique, la berline s’affirme comme la quintessence d’un type de voiture de parade, de tradition française et apparue vers 1770, attelée à deux chevaux mais pouvant l’être à quatre de plus si nécessaire. D’une forme élégamment symétrique dite «en vaisseau», elle possède donc un train relié par une flèche, ainsi que des roues de différents diamètres (94 cm à l’avant, 130 à l’arrière). Cependant, par rapport aux modèles du siècle précédent, l’attelage de Doña Maria Isabel de Bragança s’avère beaucoup plus confortable. Ainsi devait-elle apprécier sa suspension à huit ressorts sur sangles et son bel habillage intérieur, avec capitons et passementeries brodées, qui a subsisté intégralement – tout comme ses quatre lanternes d’époque, des éléments souvent démontés. Toutes ces qualités indéniables lui auront valu de défiler en bonne place lors d’un mémorable cortège des plus belles voitures anciennes du Portugal, organisé dans les rues de Lisbonne le 28 janvier 1934.

mardi 13 juillet 2021 - 10:30 - Live
Salle 9 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Daguerre
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne