Gazette Drouot logo print

Surréalisme et magie. La modernité enchantée à la Peggy Guggenheim Collection

Publié le , par Virginie Chuimer-Layen

Avec plus de vingt artistes et plus de quatre-vingt-dix œuvres provenant d’une quarantaine de collections publiques et privées, cette exposition explore le goût des surréalistes pour l’ésotérisme, l’alchimie et l’occulte, thèmes délaissés depuis l’exposition « Le surréalisme en 1947 », à la galerie Maeght de Paris. En six...

Victor Brauner (1903-1966), Le Surréaliste, 1947, huile sur toile, 60 x 45 cm, collection... Surréalisme et magie. La modernité enchantée à la Peggy Guggenheim Collection
Victor Brauner (1903-1966), Le Surréaliste, 1947, huile sur toile, 60 45 cm, collection Peggy Guggenheim, Venezia (Solomon R. Guggenheim Foundation, New York).
© Victor Brauner, 2022 by SIAE

Avec plus de vingt artistes et plus de quatre-vingt-dix œuvres provenant d’une quarantaine de collections publiques et privées, cette exposition explore le goût des surréalistes pour l’ésotérisme, l’alchimie et l’occulte, thèmes délaissés depuis l’exposition « Le surréalisme en 1947 », à la galerie Maeght de Paris. En six salles, le riche parcours alterne quelques focus sur des peintres emblématiques – Giorgio De Chirico et sa peinture métaphysique, Kurt Seligmann et ses recherches sur les sciences occultes, Victor Brauner et le tarot – et des espaces thématiques sur la cosmologie, l’invisible, l’androgynie, rassemblant plusieurs créateurs. Au-delà de la présence de tableaux majeurs, tels Le Cerveau de l’enfant (1914) de De Chirico, La Toilette de la mariée (1940) de Max Ernst, ou encore Les Amants (1947) de Victor Brauner, l’exposition, née de la collaboration avec le musée Barberini de Potsdam, met en relief la figure symbolique de la femme dans son aptitude à se métamorphoser, effaçant les frontières entre les genres et les espèces. Ainsi, les œuvres de Leonora Carrington, notamment la sculpture La Grande Dame (1951) ou la toile Les Plaisirs de Dagobert (1945), comme celles de Leonor Fini – dont le somptueux Portrait de la princesse Francesca Ruspoli (1944) — de Dorothea Tanning ou encore de l’artiste espagnole rarement exposée, Remedios Varo, illustrent cet être sis entre déesse, animal et végétal, sorcière et ogresse, chimère, mère et fée. Didactique, cette exposition soulignant la magie comme moyen d’apaiser les consciences est aussi une belle introduction à la Biennale d’art contemporain de Venise, dont le titre « Le Lait des rêves » est emprunté au livre éponyme de Leonora Carrington, grande inspiratrice de la 59e édition.

Peggy Guggenheim Collection,
Palazzo Venier dei Leoni, Dorsoduro 701, Venise, tél. 
: +39 041 2405 411,
Jusqu’au 26 septembre 2022.
www.guggenheim-venice.it
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne