Sabine Weiss. Sous le soleil de la vie

Le 08 décembre 2020, par Sophie Bernard
Sabine Weiss, Les Lavandières, Bretagne, 1954.
© Sabine Weiss/Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

L’exposition réunit évidemment quelques images d’enfants jouant ou posant dans la rue. Difficile de faire autrement tant cet aspect est présent dans l’œuvre de Sabine Weiss. La galeriste Françoise Morin les met en valeur grâce à un accrochage en forme de vague, comme pour accentuer le caractère joyeux des scènes représentées. C’est d’ailleurs le tempérament «solaire, énergique et résolument optimiste» de Sabine Weiss, 96 ans, qui lui a inspiré le titre de l’exposition : «Sous le soleil de la vie». La présentation inclut aussi quelques icônes sagement alignées, comme celle de l’arbre penché et de la petite fille dans une cour. S’y ajoutent des images isolées soulignant la parfaite maîtrise de la composition dont fait preuve la photographe, même dans les scènes saisies sur le vif. Témoins, deux lavandières à l’œuvre en Bretagne, ou encore deux religieuses au téléphone. Mais parmi la trentaine de pièces présentées, une série de tirages originaux et inédits des années 1950 attire plus particulièrement l’attention. Montrant des hommes généralement de dos, cet ensemble surprend autant par le sujet que par le cadrage audacieux, puisqu’il s’agit de gros plans sur leurs mains. Démonstration est faite que l'on ne doit pas réduire l’œuvre de Sabine Weiss à l’aspect humaniste, l’artiste aimant d’ailleurs rappeler avoir toujours eu une pratique diversifiée du médium. Le parcours s’achève en beauté, dans une salle à part, avec une série d’autoportraits de Vivian Maier (1926-2009), au talent révélé après sa mort et qui avait l’art d’inviter son ombre ou son reflet dans des scènes de rue. Deux femmes photographes du temps du noir et blanc qui resteront dans l’histoire.

Les Douches la Galerie,
5, rue Legouvé, Paris 
Xe, tél. : 01 78 94 03 00
Jusqu’au 30 janvier 2021.
www.lesdoucheslagalerie.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne