Sabine Vazieux

Le 10 décembre 2019, par La Gazette Drouot

Galeriste rue du Louvre à Paris, l'univers effervescent de Drouot a déclenché sa vocation.

Sabine Vazieux
© Ph. Matsas

Ce qui a déclenché votre vocation ?
L’univers effervescent de Drouot, que j’ai découvert juste après mes études en histoire de l’art, m’a donné l’envie d’être marchande de tableaux. Au début, je me suis spécialisée dans l’art abstrait de l’école de Paris des années 1950. Fascinée par Zao Wou-ki, je trouvais qu’il existait dans ses œuvres une fusion entre l’Orient et l’Occident qui apportait un nouveau souffle à l’abstraction. J’ai alors voulu savoir s’il existait d’autres artistes de sa génération qui avaient suivi cette même voie. C’est là que mon aventure avec la peinture asiatique a commencé.

Mais si tout était à refaire, vous seriez…
Céramiste.

Votre dernier coup de cœur ? 
La visite de l’atelier-musée du sculpteur Isamu Noguchi à New York. Lieu unique et intime, qui révèle la magie des œuvres de cet immense sculpteur.

L’artiste ou l’objet d’art que vous aimeriez présenter ?
Organiser à Paris une exposition dédiée aux quatre grands pionniers de l’abstraction chinoise que sont Zao Wou-ki, Chu Teh-chun, Chuang Che et Fong Chung-ray.

La phrase professionnelle que vous répétez souvent ?
Acheter avec son œil et vendre avec passion.

Vos projets ou prochains temps forts ?
Actuellement, une exposition à la galerie consacrée à l’artiste Young-Sé Lee. D’origine coréenne, il utilise une technique de gaufrage de papier Hanji, qui donne un relief singulier à la matière du papier. Ses œuvres informelles, où se mêlent végétal, minéral, eau, terre et lumière, invitent à la méditation.

Galerie Sabine de Vazieux,
5 bis, rue du Louvre, Paris Ier, tél. : 01 48 00 91 00.
www.vazieux.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne