Gazette Drouot logo print

Rosbert Doisneau. Portraits d’artistes et vues de Lyon

Publié le , par Armelle Fémelat

Pourquoi montrer 90 clichés de Doisneau, dont une vingtaine encore jamais exposée, à Lyon, dans le tout jeune musée Jean-Couty ? Parce que « le projet du musée est de mettre en lumière de grands artistes du XXe siècle, dont l’œuvre résonne avec celle du peintre Jean Couty, explique la commissaire de l’exposition Clotilde...

Robert Doisneau (1912-1994), Place Bellecour, Lyon, 1950. © Atelier Robert Doisneau... Rosbert Doisneau. Portraits d’artistes et vues de Lyon
Robert Doisneau (1912-1994), Place Bellecour, Lyon, 1950.
© Atelier Robert Doisneau

Pourquoi montrer 90 clichés de Doisneau, dont une vingtaine encore jamais exposée, à Lyon, dans le tout jeune musée Jean-Couty ? Parce que « le projet du musée est de mettre en lumière de grands artistes du XXe siècle, dont l’œuvre résonne avec celle du peintre Jean Couty, explique la commissaire de l’exposition Clotilde Scordia. Après Bernard Buffet, Robert Doisneau s’est vite imposé, car il partageait le même regard humaniste sur la société que Couty ». Mais aussi parce que Doisneau est venu à Lyon en 1950 réaliser un reportage pour Vogue, qui publia entre 1949 et 1952 une série de portraits sociologiques des villes de France d’après-guerre. La dimension sensible et humaine est sans conteste le fil rouge de cette exposition de taille modeste, tout en sobriété. Avec, au rez-de-chaussée, une mêlée de portraits d’artistes et de vues d’ateliers. Des tirages argentiques ou modernes, en noir et blanc ou plus rarement en couleur, tous issus de l’atelier Robert Doisneau. Aux portraits connus de Picasso, Braque, Tinguely ou Giacometti, s’ajoutent ceux plus récents et encore jamais montrés de Sempé, Wolinski et David Hockney, entre autres. Changement d’ambiance au premier étage. Aux cimaises blanches, des clichés de divers lieux iconiques de la capitale des Gaules, pour la plupart encore jamais tirés, sont placés en regard de dessins et de peintures de Jean Couty. À l’instar des effigies d’artistes et des vues d’ateliers, ces vues sociologiques de Lyon au mitan du XXe siècle affichent ce qui fait le style du photographe : une présence humaine, avec une attention toute particulière portée aux enfants, un sens inné de la composition et un traitement pictural de la lumière. Sans oublier « la verve et l’humour poétique de Robert Doisneau, qui ajoutent à l’image la part de rêve et d’indulgence dont doit être faite la vie », qui plaisait tant au critique d’art lyonnais René Deroudille, avec lequel le Parisien s’était lié lors de son séjour.

Musée Jean-Couty,
1, place Henri-Barbusse, Lyon (69), tél. 
: 04 72 42 20 00.
Du 19 mai au 12 décembre 2021.
www.museejeancouty.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne