Gazette Drouot logo print

Quand le style rocaille s’inspire de la Chine

Publié le , par Philippe Dufour

D’un modèle très convoité sous le règne de Louis XV, ce meuble revêtu de laque dans le goût extrême-oriental ouvrait un défilé où bien d’autres artefacts évoquaient les lointaines contrées…

Quand le style rocaille s’inspire de la Chine
Époque Louis XV. Commode à décor or au vernis de paysages lacustres animés de pagodes et personnages sur des fonds noirs, ouvrant par deux tiroirs sans traverse, ornementation en bronze ciselé et doré, 87 113 57 cm.
Adjugé : 30 000 

Déjà vue dans la Gazette n° 39 (voir l'article Commode Louis XV : de la Chine à la France page 109), cette commode haut perchée sur ses pieds cambrés déploie son délicat décor or de paysages lacustres animés de pagodes et de personnages sur des fonds noirs dans le goût des laques de la Chine (87 113 57 cm). Mais ce vernis est une réalisation parisienne, dans la lignée de celui inventé par les frères Martin, pour remplacer les onéreuses productions provenant de l’Empire céleste. Précisons encore que, gage d’élégance, ses deux tiroirs se superposent sans traverse et que sa façade légèrement mouvementée, ornée de fins bronzes ciselés et dorés, est couronnée d’un plateau de marbre brèche d’Alep. Notre commode a tenu ses promesses en réalisant le score de 30 000 €. Évasion garantie, également, avec un groupe animalier signé par Roger Godchaux, où s’animent Deux lionnes vers un point d’eau, l’une s’abreuvant (28 45 16 cm) ; l’épreuve en bronze à patine brune nuancée de vert, une fonte à la cire perdue, porte sur la terrasse la marque «Édition Susse frères éditeurs Paris». Emblématique du travail de ce sculpteur de l’époque art déco, l’artefact a été adopté en échange de 13 200 €. Retour en Extrême-Orient ensuite, avec l’apparition d’une paire de fauteuils de parade pliants, pour mandarins ou officiers, réalisés en bois sculpté d’un décor de dragons sur la traverse, et d’un chien de Fô sur le dossier ajouré, avec assise en ficelle et renforts de laiton. Datant du début du XXe siècle, les deux sièges (h. 112 cm) étaient à vous pour 9 720 €. Enfin, un petit tour en Europe de l’Est s’imposait, grâce à un portrait du peintre roumain Nicolae Vermont, titré Jeune paysanne dans un intérieur (55 45 cm). La toile signée représente une jeune fille pensive, en costume traditionnel de son pays, et a inscrit 9 840 €.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne