Priska von Martin en gloire à Fribourg-en-Brisgau

Le 09 juin 2020, par Baptiste Roelly
Priska von Martin, Deux nus féminins et cheval cabré (scène de cirque) , vers 1980, graphite et gouache sur papier, MNK, Fribourg-en-Brisgau.
© Axel Kilian/SOS-Kinderdorf e.V.

Le MNK présente la première rétrospective d’envergure jamais consacrée à la plasticienne Priska von Martin (1912-1982). Globalement chronologique, le parcours s’ouvre sur les cavaliers de ses débuts, ceux des années d’après-guerre. La simplification formelle et les surfaces agitées s’imposent dès lors comme les caractéristiques plastiques distinctives de l’artiste. Si elle réalise de rares sculptures abstraites, les cervidés deviennent bientôt son principal sujet. D’une matière accidentée et suggestive, ses rennes, cerfs et biches aux allures préhistoriques sont teintés de patines terreuses. On leur devine un je-ne-sais-quoi de ce totémisme animal qui nimbe les élans travaillés à l’aquarelle par Joseph Beuys, dans les mêmes années. S’ensuit un florilège d’œuvres sur papier, où les animaux côtoient l’autre motif privilégié par la plasticienne : le corps féminin. Leur technique est mixte, certaines feuilles mêlant collages et déchirures, tandis que d’autres s’inscrivent dans la meilleure tradition du dessin expressionniste. L’artiste rebat les cartes à la fin des années 1960 en collaborant avec le cinéaste d’avant-garde Bernhard Dörries pour se mettre en scène avec ses œuvres, dans l’espace urbain ou la nature. De ses débuts placés sous le signe d’une sculpture à la Marino Marini, jusqu’à ses photographies composées en forme de mise en abyme artistique, c’est toute l’œuvre jusqu’ici négligée de Priska von Martin que l’exposition montre et structure avec forte conviction. Espérons que le grand récit de l’histoire de l’art saura désormais lui faire une place parmi les figures majeures de la sculpture moderne, quelque part entre le primitivisme élémentaire d’Anton Prinner, la matière tourmentée de Germaine Richier et l’exorcisme du soi de Louise Bourgeois.

Museum für Neue Kunst,
10A, Marienstraße, Fribourg-en-Brisgau, tél. 
: +49 761 201 2583.
Jusqu’au 6 septembre 2020.
www.freiburg.de/pb/1482451.html
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne