Gazette Drouot logo print

Nicolas Dorigny, Delaperche, Signac...

Résultat 31 900 EUR
Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 04 juin 2020 - 13:30 (CEST) - Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009

Vaste programme, emmené par les dessins anciens et les tapisseries, lesquelles pouvaient être en lien avec les premiers.

Attribué à Nicolas Dorigny (1652-1746), d’après Raphaël (1483-1520), Étude de têtes... Nicolas Dorigny, Delaperche, Signac...
Attribué à Nicolas Dorigny (1652-1746), d’après Raphaël (1483-1520), Étude de têtes d’apôtres, pierre noire sur papier beige, 36,5 25,5 cm.
Adjugé : 31 900 

Prêts à embarquer ? Des bateaux à quai dans le port de Bordeaux (23 45,5 cm) aquarellés par un spécialiste du genre, Paul Signac (1863-1935), levaient l’ancre à 34 452 € sur cette vente ouverte aux vents de diverses spécialités. Première direction, le dessin ancien et première surprise avec les 19 140 € d’une école hollandaise du XVIe siècle au titre prédestiné, Le Retour du fils prodigue (25,5 19,5 cm), une plume plus modestement estimée. Elle était suivie par les 31 900 € d’une Étude de têtes d’apôtres à la pierre noire (reproduite ci-contre), attribuée à Nicolas Dorigny (1652-1746). Celle-ci reprend une feuille de Raphaël, dont on sait que ce peintre et graveur vint spécialement à Londres graver les cartons de tapisserie – tâche qui lui valut d’être anobli par George Ier en 1720. Avant de reprendre la mer avec les tableaux anciens, saluons la préemption du musée des beaux-arts d’Orléans, qui, dans La Danse (12 18,5 cm), plume et encre présentée comme attribuée à Louis Philibert Debucourt(1755-1832), a reconnu une œuvre de Jean-Marie Delaperche (1771-1843). Voici un achat rondement mené à 574 € et qui, sitôt récupéré, va se retrouver dans l’exposition que le musée dédie actuellement à ce peintre et à sa famille. Si les Volatiles sur un entablement de l’Italien Evaristo Baschenis (1617-1677), présentés en page 47 de la Gazette n° 21 (voir l'article Intérieur de cuisine), devront attendre encore avant d’être cuisinés, une paire de toiles d’une école autrichienne vers 1650 montrant des Scènes de bataille de chrétiens contre les Turcs (92,5 129,5 cm) frappaient 7 656 € et une composition réunissant ara, épagneuls et coupe de fruits de Reynaud Levieux (1613-1699), peinte sur toile (80 102 cm), séduisait à 8 932 €. Les tapisseries étaient la dernière direction de ce vaste programme. La Cueillette des pommes (261 230 cm) attribuée à un atelier brugeois du XVIe siècle (voir l'article L’histoire en images de la Gazette n° 21, page 53) recevait 25 320 €, et une pièce appartenant à la «Tenture d’Antoine et Cléopâtre», celle-ci figurant leur amour (350 338 cm), se laissait surprendre à 26 796 €. Tissée à Bruxelles vers 1678, elle a conservé ses belles couleurs et la lisibilité de son dessin exécuté par Charles Poerson 1609-1667) et ce, malgré quelques petites fragilités dans les soies.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne