Musée d’Art moderne de Paris : Victor Brauner. Je suis le rêve. Je suis l’inspiration

Le 06 octobre 2020, par Harry Kampianne
Victor Brauner, Autoportrait, 1931, huile sur toile, 0,22 0,162 m.
© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais/image Centre Pompidou, MNAM-CCI - © Adagp, Paris 2020

Victor Brauner (1903-1966) n’aimait pas être qualifié de peintre surréaliste : « Il y a seulement certaines peintures qui correspondent aux recherches des surréalistes », soulignait-il. Une précision qui prend tout son sens dans cette nouvelle rétrospective – la dernière, au musée d’Art moderne, date de 1972 – tant sont multiples ses expériences picturales au cours de sa carrière. Le choix des commissaires Sophie Krebs, Jeanne Brun et Camille Morando – qui ont préféré un parcours chronologique – n’est donc pas inutile pour comprendre la diversité de son œuvre. L’exposition s’ouvre ainsi sur « La jeunesse roumaine », jusqu’en 1925, bercée par l’influence de Cézanne et des expressionnistes, puis se poursuit avec Paris, la rencontre avec l’univers surréaliste, jusqu’en 1939, année marquant La Frontière noire de la guerre, période de misère et de clandestinité en raison de ses origines juives. L’Après-guerre et Au-delà du surréalisme, les derniers chapitres, soulignent avec force l’indépendance de Victor Brauner. Après son exclusion en 1948 du mouvement surréaliste pour avoir défendu son ami Robert Matta, l’artiste a exploré différentes voies esthétiques affirmant son penchant pour un érotisme assumé et un spiritisme décomplexé. Autre élément déterminant : la perte d’un œil en 1938, lors d’une bagarre, évoquée dans un autoportrait prémonitoire de 1931. Une grande partie des peintures et dessins de l’artiste – une centaine au total – font référence à la puissance de l’œil/vision, le « hasard objectif » selon André Breton, qui avait surnommé Brauner « le peintre voyant ». Une puissance du regard, mise au service de la peinture tout au long de sa vie.

Musée d’Art moderne de Paris,
11 avenue du Président-Wilson, Paris 
XVIe, tél. : 01 53 67 40 00.
Jusqu’au 10 janvier 2021.
www.mam.paris.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne