Gazette Drouot logo print

Les peintures de Béatrice Casadesus à la galerie Dutko

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Les heures tranquilles de Béatrice Casadesus sont à explorer lors de sa cinquième escale –déjà – chez Dutko, dans cet espace où ses toiles semblent comme chez elles. En traquant la lumière et en cherchant à la restituer, l’artiste livre une œuvre subtile, singulière, dans le vaste champ abstrait du contemporain. Cette fois,...

Béatrice Casadesus (née en 1942), Lever de jour, 2021, 2021, acrylique sur toile... Les peintures de Béatrice Casadesus à la galerie Dutko
Béatrice Casadesus (née en 1942), Lever de jour, 2021, 2021, acrylique sur toile de lin, triptyque, 120 x 80 cm chaque toile.
© Agence Phar


Les heures tranquilles de Béatrice Casadesus sont à explorer lors de sa cinquième escale –déjà – chez Dutko, dans cet espace où ses toiles semblent comme chez elles. En traquant la lumière et en cherchant à la restituer, l’artiste livre une œuvre subtile, singulière, dans le vaste champ abstrait du contemporain. Cette fois, une vingtaine d’œuvres récentes ont été sélectionnées, chacune vibrant d’une même lueur qui les habite et les définit. Étirement de la forme, ruissellement des filaments ou encore transparence des nuances participent à l’irisation de la matière. Béatrice Casadesus parle volontiers de sa redécouverte de l’œuvre de Georges Seurat qui, dans les années 1970, l’a amenée à retrouver la peinture après une longue période consacrée à la sculpture. La dissolution de la forme par la juxtaposition de touches de couleur l’a troublée au point de faire de ce signe le cœur de son travail. Mais parce qu’elle veut penser autrement et avec les moyens de l’époque contemporaine, elle l’a transformé, agrandi par le recours au bullpack comme outil. Le film plastique est appliqué en bandes teintées, laissant des empreintes qui seront estompées. Si Seurat est le repère central, il n’est pas le seul : gravitent autour les Primitifs italiens, la peinture byzantine et les arts asiatiques, découverts lors de ses nombreux voyages. L’utilisation de l’or apporte un autre élément de vibration. Ici, elle a choisi le thème de l’aurore – Aurore pommelée, Lever de jour, Petit matin –, joue des richesses de la langue française – Or or – et parle de renaissance. Sans cadres, ses œuvres donnent l’impression qu’elles se poursuivent à l’infini. Devant cet accrochage d’une grande sobriété, on ressent l’envie d’entrer dans ses peintures pour s’imprégner de leur quiétude.

Galerie Dutko Ile Saint-Louis,
4, rue de Bretonvilliers, Paris 
IV
e, tél. : 01 56 24 04 20.
Jusqu’au 30 avril 2022.
www.dutko.com
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne