Gazette Drouot logo print

Les mondes d’Yves Tanguy

Publié le , par Claire Papon
Vente le 05 mars 2021 - 14:00 (CET) - Salle 6 - Hôtel Drouot - 75009

La place sur la plus haute marche du podium ne devrait pas échapper à ce tableau de 1950, cadeau du peintre à ses amis Marie-Louise et Jehan Mayoux et conservé dans la famille de ces derniers.

Yves Tanguy (1900-1955), Elle viendra, 1950, huile sur toile, 46 x 35,5 cm. Estimation :... Les mondes d’Yves Tanguy
Yves Tanguy (1900-1955), Elle viendra, 1950, huile sur toile, 46 35,5 cm.
Estimation : 250 000/350 000 

Le 9 novembre 2018, la (même) maison de ventes adjugeait à 310 000 € – au double de son estimation – un autre tableau de l’artiste, La Couche sensible. Il avait été lui aussi offert par l’artiste à Marie-Louise, l’épouse du poète Jehan Mayoux (1904-1975). L’amitié entre Tanguy et le couple débute en 1933. Cette année-là, Jehan a pris contact avec André Breton et Paul Éluard, il signera les principaux manifestes du groupe surréaliste. Deux ans plus tard, Tanguy passe ses vacances d’été dans la maison de Corrèze des deux époux. Déclaré inapte pour la mobilisation en 1940, il part à New York, officiellement pour exposer à la galerie Pierre Matisse, officieusement pour rejoindre la peintre Kay Sage, qu’il a rencontrée à Paris, avec laquelle il se marie. Ils s’installent dans le Connecticut. Malgré l’éloignement – Marie-Louise, institutrice est mutée en Algérie, Jehan incarcéré en France puis en Allemagne – les liens restent indéfectibles, Tanguy se proposant d’aider financièrement ses amis et d’accueillir Gilles, leur fils. Ils se retrouveront plus tard, lors des voyages de l’artiste en France. «Ici, aux États-Unis, le seul changement que je puisse déceler dans mon œuvre concerne vraisemblablement ma palette», écrit-il. Rien ne prédestinait ce fils de militaire, d’origine bretonne, à devenir peintre. Sensibilisé par le fils d’Henri Matisse, Pierre, qu’il côtoie au lycée, puis par Jacques Prévert, rencontré au service militaire, il doit à Giorgio de Chirico, ou plutôt à son tableau  Le Cerveau de l’enfant, son destin d’artiste. Aux œuvres figuratives succèdent très rapidement des compositions peuplées de formes – les «êtres objets» selon Breton – dans des paysages n’offrant pas de lignes d’horizon, où espaces terrestre et aérien se confondent. Aux États-Unis, ses couleurs s’intensifient, ces «êtres objets» auxquels l’artiste donne différents aspects prennent le pas sur l’espace, envahissent le premier plan, gagnent en complexité, se hissent vers le ciel. À l’image de ces sommets pointus perforant les nuages …

vendredi 05 mars 2021 - 14:00 (CET) - Live
Salle 6 - Hôtel Drouot - 75009
Drouot Estimations
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne