Les galeries font de la résistance

Le 15 octobre 2020, par Annick Colonna-Césari

La FIAC saute une année mais le off tient bon, en s’adaptant aux exigences de la crise sanitaire et dans l’espoir que durant cette semaine de l’art, le public soit au rendez-vous .

Galerie Lelong : exposition « Ma Normandie », consacrée à David Hockney. Ici, Apple Tree, 2019, acrylique sur toile, 91,4 x 121,9 cm.
© David Hockney © Photo Richard Schmidt Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

La FIAC n’aura pas lieu. Et pourtant, nombre d’événements gravitant traditionnellement dans son sillage se dérouleront bel et bien, eux, durant la Semaine de l’art, comme l’a baptisée le Comité professionnel des galeries d’art. Dès l’annonce de cette annulation, le CPGA a décidé de mener campagne, afin de « montrer qu’en dépit du contexte la scène artistique parisienne reste foisonnante, grâce à la mobilisation des galeristes qui multiplient les initiatives », explique Marie Delas, coordinatrice de l’opération de communication. « En tant que syndicat professionnel, nous souhaitons soutenir et valoriser les événements qui parviennent à résister, dans les conditions aujourd’hui imposées », ajoute Marion Papillon, sa présidente. Ainsi un plan imprimé, intitulé Le Pari(s), sera-t-il diffusé à quarante mille exemplaires dans les lieux culturels. Il répertorie l’ensemble de la programmation et rappelle la richesse de l’offre artistique, en incluant les expositions des musées et fondations. Le CPGA a également conclu un partenariat avec Artsy. De cette manière, deux cents de ses adhérents pourront à titre gracieux, et durant une quinzaine de jours, accéder à la plateforme digitale pour mettre en vente leurs œuvres et bénéficier d’une visibilité internationale. Mais, poursuit Marion Papillon, « nous espérons bien sûr donner aux Franciliens aussi bien qu'aux provinciaux l’envie de se déplacer pour découvrir les œuvres en vrai ». Les étrangers, de toute manière, seront absents.
Les galeristes multiplient les initiatives
Une chose est sûre : les galeristes font preuve de résilience. Déjà fragilisés par les grèves à répétition et les manifestations des Gilets jaunes, ils avaient dès la sortie du confinement répondu à la malédiction du Coronavirus par des actions collectives, en ouvrant conjointement leurs portes certains dimanches, ou encore en participant début juillet à la 7e édition de Paris Gallery Weekend, originellement programmé en mai. Durant la « semaine de la non-FIAC », selon l’expression de Florence Bonnefous — codirectrice de la galerie Air de Paris — les événements s’enchaîneront, organisés notamment par le biais des regroupements, qui « encouragent la découverte de la scène parisienne à travers des prismes thématique, géographique ou événementiel ». La Nocturne des galeries, instituée par la FIAC il y a une dizaine d’années, rassemblera ainsi cent soixante-dix enseignes, tandis que cent quarante marchands accueilleront exceptionnellement le dimanche amateurs et collectionneurs, ce que feront de leur côté le temps d’un week-end — sous la houlette du « Grand Belleville » — une vingtaine de lieux situés dans le nord-est de la capitale. Selon un principe similaire, « Paris avant-première » dressera la cartographie, placée sous le signe de la création émergente, d’une trentaine d’espaces ; quant à l’application marais.guide, lancée avec succès en mai dernier, elle proposera des parcours géolocalisés en une cinquantaine d’adresses. Enfin, une initiative verra le jour. Intitulée Hospitality, elle est née d’une idée émise par quatre galeristes de Komunuma, le nouveau hub artistique de Romainville. « Avant l’été, alors que nous subodorions l’annulation de la FIAC, nous avions évoqué entre nous la possibilité d’inviter des confrères étrangers faisant partie de sa sélection à exposer des œuvres entre nos murs », se souvient Florence Bonnefous. L’idée a fait son chemin. Au final, une quarantaine d’enseignes recevront des galeristes venant de Barcelone ou de Londres, de Tokyo, Dubaï ou Abidjan, montrant que la place parisienne conserve malgré tout sa dimension internationale.
Des maintiens
Des foires satellites de la FIAC ont également réussi, contre vents et marées, à rejoindre cette « semaine de l’art ». Même si Art Élysées, la doyenne, a déclaré forfait en septembre et que l’Outsider Art Fair, spécialisée en art autodidacte, a opté pour une version digitale, doublée d'une exposition à Drouot, trois autres ont maintenu une présence physique en s’adaptant strictement aux protocoles sanitaires. Quitte à se réinventer… Ce qui est le cas de Paris Internationale. Sa sixième édition, appelée « Supersalon », prendra en effet la forme d’une exposition orchestrée par une commissaire, Claire Le Restif, directrice du Crédac d’Ivry. Celle-ci a sélectionné des œuvres provenant de vingt-six galeries originaires de quatorze pays, dont les représentants, au vu des circonstances, n’auront pas l’obligation de faire le voyage. De la même façon, Asia Now a confirmé son maintien. Conformément à sa vocation, cette sixième édition demeure consacrée à la production originaire d’Asie, mais en raison des difficultés de déplacement, la proportion des galeries issues de ce continent est cette année passée de 70 à 30 %, permettant à quelques marchands français renommés d’y faire une entrée remarquée — notamment Emmanuel Perrotin, Nathalie Obadia, Daniel Templon, Jeanne Bucher ou encore Georges-Philippe et Nathalie Vallois. Enfin, le salon Galeristes, qui accueille une quarantaine de galeries francophones, émergentes ou établies, a lui aussi résisté à la tempête et revient pour la cinquième fois au Carreau du Temple, fidèle à la défense de la scène hexagonale… Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que le public retrouve, même masqué, les chemins de l’art ! 

 

Foires
Asia Now,
du 21 au 24 octobre, 9 avenue Hoche, Paris VIIIe.
www.asianowparis.com

Paris Internationale,
du 22 au 29 octobre, 12 rue de Montyon, Paris IXe.
www.parisinternationale.com

Galeristes,
du 23 au 25 octobre, Carreau du Temple, 4 rue Eugène-Sue, Paris IIIe. 
www@galeristes.fr
à savoir
La Semaine de l’art,
du lundi 19 au dimanche 25 octobre.
www.leparis.art
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne