Gazette Drouot logo print

Les arts de Chine en majesté

Publié le , par Christophe Provot

Issu d’une prestigieuse collection de céramique impériale constituée dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce vase double gourde était salué par les connaisseurs.

Chine, époque Jiaqing (1796-1820). Vase double gourde impérial en porcelaine à décor... Les arts de Chine en majesté
Chine, époque Jiaqing (1796-1820). Vase double gourde impérial en porcelaine à décor émaillé en bleu de cobalt, marque Jiaqing au revers, h. 31,5 cm
Adjugé : 780 000 

Choisi pour la couverture de la Gazette n° 13, ce vase possédait, outre sa provenance impériale, tous les atouts pour séduire. Son thème d’abord : les dragons poursuivant la perle sacrée, qui connaît un retour en grâce sous le règne de Jiaqing, période coïncidant également avec de nouvelles évolutions de la production porcelainière, les ateliers de Jingdezhen portant les décors bleu et blanc à leur paroxysme. Sa provenance ensuite : le vase appartint à l’Allemand Gustav Detring (1842-1913) puis à son gendre Constantin von Hanneken (1854-1925), tous deux conseillers commerciaux et militaires du vice-roi Li Hongzhang. Parti pour l’Allemagne après la mort de Detring et demeuré dans la même famille jusqu’à sa première vente en 2018, ce vase voyageur trouvait preneur moyennant 780 000 €, sur une estimation de 250 000/350 000 €. L’art chinois poursuivait sa récolte avec les 41 600 € d’une coupe portant la marque de Daoguang (1820-1850), en porcelaine aux émaux corail et de la famille rose sur fond jaune (diam. 18,5 cm), à décor de lotus, chrysanthèmes et pivoines. Une coupe libatoire du XVIIIe ou du début du XIXe siècle en corne de rhinocéros sculptée et ajourée (12 18 cm), à décor des «trois amis de l’hiver» — pin, prunus et bambou, — partait à 39 000 € (voir l'article Corne chinoise à décor hivernal de la Gazette n° 15, page 38). La peinture française était l’autre point fort de la vacation. Ainsi 26 800 € étaient-ils obtenus par les Pêcheurs rangeant leurs filets à Étretat, huile sur panneau (24,5 37 cm) d’Eugène Boudin, ou encore 24 700 € par une Baigneuse à la source, huile sur toile (175 115 cm) de l’ingresque Adolphe Jourdan (1825-1889). Signalons enfin, à 19 500 €, l’achat par les Amis du musée du Grand Siècle d’une Nature morte au melon, à la grenade, raisins et figues (51 62 cm) de Reynaud Levieux (1613-1699), peintre habitué aux grandes compositions religieuses, mais qui a également exploré le genre.

vendredi 22 avril 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 75009
Gros & Delettrez
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne