Le premier chasseur de l'histoire de la peinture française

Le 07 janvier 2021, par Philippe Dufour

Ce Nemrod de l’âge classique, modèle d’une œuvre à quatre mains, pourrait bien être le premier Français saisi ainsi au débotté…

Jean Daret (1614-1668) et Nicasius Bernaerts (1620-1678), Portrait de chasseur assis en compagnie de ses chiens, toile signée et datée 1661, 131 179,5 cm.
Estimation : 60 000/80 000 

Installé sans façon à même le sol, un chasseur goûte un repos bien mérité, flattant de la main ses chiens en récompense du gibier à poil et à plume qui compose, dans l’angle droit, une somptueuse nature morte. Le costume du modèle indique une période très précise, soit le milieu du XVIIe siècle, ce que confirme d’ailleurs l’année «1661» portée sur la toile et complétée de la signature de l’auteur de cette figure savoureuse : le peintre Jean Daret (1614-1668). À sa suite se déchiffre le nom de Nicasius Bernaerts (1620-1678), à qui l’on peut donner sans hésitation aucune la représentation des animaux… Né à Bruxelles, Daret a continué son apprentissage à Paris, puis à Rome, avant de s’installer à Aix-en-Provence et de devenir l’un des meilleurs artistes du royaume en province comme à Paris. Quant à son complice le peintre animalier flamand Bernaerts, élève de Frans Snyders, il travaillera tant à Vaux-le-Vicomte qu’à la ménagerie de Versailles. La date de l’œuvre ne laisse pas d’impressionner car, à l’évidence, il s’agit de l’un des premiers portraits en habit de chasse exécutés en France. Au XVIIe siècle, ce motif pictural, fort rare, doit être recherché à l’étranger, son plus illustre exemple demeurant Philippe IV en costume de chasseur par Diego Vélasquez, brossé aux alentours de 1635. On en connaît deux versions de la main du maître – l’une au Prado, l’autre au musée Goya de Castres – où le monarque espagnol se dresse, fièrement campé dans une forêt de Castille, fusil en main. Plus proche de notre composition s’avère la peinture, contemporaine à celle-ci, du Hollandais Arie de Vois conservée au Mauritshuis de La Haye. Cet étonnant Autoportrait en chasseur présente l’artiste dans une attitude semblable et fort décontractée, arborant une tenue qui se veut antiquisante, avec jambes nues et hautes sandales. À Paris, ce n’est qu’au siècle suivant que ce type de représentation virile connaîtra une belle fortune, plébiscitée par la haute aristocratie. Le genre, on le sait, en sera inauguré par le fameux Portrait de l’artiste en chasseur exécuté par François Desportes pour sa réception à l’Académie (1699), et aujourd’hui l’un des fleurons du Louvre. Pour l’heure, Jean Daret, lui, aurait immortalisé un membre de la noblesse provençale et dont l’identité pourrait être celle d’un certain Pierre-Paul II Fortia de Piles (1633-?), gouverneur de Berre et des îles du Marseillais. Mais ceci est une autre histoire, à lire dans l'article de Carole Blumenfeld
 

vendredi 29 janvier 2021 - 14:00
Lieu non communiqué - - 75000
Mathias - Bournazel
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne