Gazette Drouot logo print

L’art des symboles chinois

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Une nouvelle quinzaine asiatique étant annoncée sur Paris à partir du 10 décembre, la vente était un peu en avance sur le calendrier en proposant porcelaines, jades et coraux. Ce groupe en jade blanc sculpté au XVIIIe siècle sous le règne de Qianlong (1735-1796) y recevait 68 904 €, un très bon présage pour la suite ! Deux...

L’art des symboles chinois
Chine, époque Qianlong (1735-1796), XVIIIe siècle. Groupe en jade blanc sculpté et ajouré de coloquintes sur lesquelles évoluent des chauves-souris, h. 7,5, l. 10,8 cm. Adjugé : 68 904 €

Une nouvelle quinzaine asiatique étant annoncée sur Paris à partir du 10 décembre, la vente était un peu en avance sur le calendrier en proposant porcelaines, jades et coraux. Ce groupe en jade blanc sculpté au XVIIIe siècle sous le règne de Qianlong (1735-1796) y recevait 68 904 €, un très bon présage pour la suite ! Deux chauves-souris y évoluent au milieu de coloquintes. Le symbole est fort car en Chine ce qui peut surprendre notre culture, pour laquelle elle est plutôt assimilée à un être inquiétant , le petit mammifère nocturne est source de bonheur. La raison en est une analogie phonétique entre son nom, bian fû, et le mot «bonheur», . Elle sera dès lors abondamment utilisée en ornement et de différentes manières. Quand elles sont deux et se font face, elles signifient un double bonheur, sont particulièrement bénéfiques peintes en rouge et lorsqu’elles sont cinq à être réunies, forment un motif particulièrement populaire et gage de bonne fortune. On les retrouve régulièrement associées au jade, une pierre précieuse parée de toutes les vertus depuis les temps les plus anciens et symbole du pouvoir. Tant de bienfaits ne pouvaient que contribuer au succès de ce petit groupe !

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne