Gazette Drouot logo print

La Nocturne Rive Droite fait sa rentrée

Publié le , par Valentin Grivet

Longtemps organisé en juin, la Nocturne Rive Droite marque désormais la reprise après la trêve estivale. Une quarantaine de galeries du 8e arrondissement ouvrent grand leurs portes à l’occasion d’une soirée arty décontractée et festive. Rendez-vous le 14 septembre.

Sam Szafran, Lilette et feuillages, non daté, aquarelle et pastel sur papier, 75... La Nocturne Rive Droite fait sa rentrée
Sam Szafran, Lilette et feuillages, non daté, aquarelle et pastel sur papier, 75 x 48 cm.
© galerie Dil.

Après le Covid, les foires ont occupé les esprits. Il était important de revenir à l’intimité des galeries, où se nouent des relations sur la durée entre les marchands et les collectionneurs», affirme Guillaume Léage, qui coordonne la Nocturne Rive Droite depuis huit ans. Traditionnellement, l’événement avait lieu le premier mercredi de juin. «Ces deux dernières années, nous avons dû nous adapter au contexte sanitaire, en proposant des soirées portes ouvertes en septembre. Beaucoup de collectionneurs sont venus, d’où l’idée de pérenniser l’expérience et de modifier notre calendrier», explique le jeune marchand spécialisé en mobilier et objets d’art du XVIIIe siècle.
Créée en 
1987, la Nocturne Rive Droite fédère cette année une quarantaine de galeries du 8 e arrondissement (Gagosian, Galerie 75 Faubourg, Applicat Prazan, Laurent Strouk, Huberty & Breyne, Alexis Lartigue, Librairie Lardanchet, OA Fine Arts, Taménaga, galerie de la Présidence, etc), qui officient dans toutes les spécialités : peinture ancienne, moderne ou contemporaine, mobilier, design, sculpture, livres anciens. Envisagé comme un grand salon à ciel ouvert, l’événement s’étend de la rue du Faubourg-Saint-Honoré à l’avenue Matignon, en passant par les rues Saint-Philippe-du-Roule, de Miromesnil, de Ponthieu, de Penthièvre, de Messine et du Cirque.
Chaque marchand est invité à dévoiler ses dernières acquisitions (une commode de Jacques Adnet de 1929 chez Avant-Garde Gallery, une
Composition de fleurs avec bouquet de corsage du XVIIe siècle d’Anna Maria Janssens chez Florence de Voldère), à proposer une exposition monographique ou thématique, à organiser une rencontre, une lecture… «Convier des personnalités extérieures permet d’attirer de nouveaux clients, des conservateurs de musées, par exemple, qui ont l’habitude de suivre les ventes aux enchères mais fréquentent moins régulièrement les galeries», poursuit Guillaume Léage, qui reçoit Daniel Alcouffe pour la signature de son ouvrage sur Antoine-Robert Gaudreaus, ébéniste de Louis XV. Hélène Bailly Gallery consacre un accrochage à la première école de Paris, tandis que la galerie Dil rend hommage à Sam Szafran au travers d’un ensemble exceptionnel de 24 œuvres. Jacques Bailly réunit Jean Dufy, Olivier Debré et Bernard Rancillac, Éric Coatalem met en lumière les «Pastels de l’âme sicilienne» de Giovanni Viola, et Giovanni Sarti – qui n’avait pas participé à la Nocturne depuis plusieurs années – dévoile un portrait de Cléopâtre de la peintre caravagesque Artemisia Gentileschi. Le quartier témoigne d’une belle dynamique. «Je suis arrivé rue de Penthièvre en 1990», se souvient Alain Richarme, codirecteur avec Michel Poletti de la galerie Univers du bronze, spécialisée en sculpture animalière. «C’était un pari. Depuis, les grands noms se sont installés, et les maisons de ventes comme, Christie’s, Sotheby’s, Piasa, sont voisines. C’est le quartier où une galerie d’art doit être.»

En 2019, Jacques Lacoste a ouvert une galerie avenue Matignon, en plus de son adresse historique de la rue de Seine. Emmanuel Perrotin l’a rejoint en 2020 et 2021 avec deux nouveaux espaces, dont l’un consacré au second marché. Françoise Livinec profite de la Nocturne Rive Droite pour inaugurer sa deuxième galerie parisienne, qui ouvre ses portes rue de Penthièvre avec une exposition réunissant Loïc le Groumellec et la jeune artiste Julie Béasse. D’autres marchands ont fait leur retour dans le quartier, comme Tornabuoni après une parenthèse de trois ans dans le Marais.
Récemment, de jeunes marchands sont arrivés. Ainsi de Raphaël Durazzo, qui a inauguré en avril une galerie de second marché rue du Cirque, et de Virginie Louvet, qui a ouvert son espace il y a un an, à quelques pas de la galerie Guillaume. «J’ai eu l’opportunité de reprendre ce lieu. Plusieurs de mes confrères sont venus il y a peu dans ce quartier. Il y a un mouvement. Depuis que la rue de Rivoli est fermée à la circulation, le Marais est devenu inaccessible pour les collectionneurs. C’est très difficile aussi pour les transporteurs», explique-t-elle. Pour fêter les dix ans d’existence de sa galerie, la jeune femme met à l’honneur Stefania Tejada, une artiste colombienne établie en France, dont le travail entrelace les thèmes de la nature et de la féminité. «La Nocturne Rive Droite est un moment fédérateur, qui permet au public de flâner librement d’une galerie à l’autre. Je ne participe à aucune foire. J’aime cette proximité que permet une galerie. Le rapport à l’œuvre est complètement différent», poursuit Virginie Louvet.
Cette année, la Nocturne Rive Droite compte neuf nouveaux participants, dont Frédéric Roulette et Nathalie Obadia, qui consacre un accrochage aux peintures récentes que Benoît Maire a réalisées à la villa Médicis (Rome). «Entre Matignon et le faubourg Saint-Honoré, la rive droite est actuellement le quartier le plus porteur, assure cette dernière. C’est ici que les collectionneurs français et internationaux viennent pour visiter les galeries, les maisons de ventes, les musées, comme le Petit Palais ou Jacquemart-André. Les restaurants, les hôtels de luxe et de charme sont nombreux, et tout peut se faire à pied.» Le temps d’une soirée, entre musique, performances et food trucks, le public est invité à arpenter rues et avenues – en partie piétonnisées pour l’occasion – en se laissant porter par ses goûts et ses envies, dans une ambiance décontractée et décomplexée.

à savoir
Nocturne Rive Droite,
mercredi 14 septembre, de 18 h à 23 h,
www.art-rivedroite.com
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne