Gazette Drouot logo print

La Monogold de Klein : une part d'éternité

Publié le , par Anne Foster

Yves Klein sera l’une des vedettes de la vente de prestige de printemps à Vannes, notamment avec cette table issue d’un modèle créé en 1961.

La Monogold de Klein : une part d'éternité
Yves Klein (1928-1962), table Monogold, modèle créé en 1961, édition débutée en 1963, référencée «ZSED-RFR», 3 000 feuilles d’or, Plexiglas, verre et pieds en acier chromé, 37 100 125 cm.
Estimation : 15 000/20 000 

Cette table basse Monogold sera entourée par les versions IKB et Monopink (12 000/15 000 € chacune), formant la trilogie colorée primordiale. Pour Yves Klein, «le feu est bleu, or et rose aussi. Ce sont les trois couleurs de base dans la peinture monochrome, et pour moi, c’est un principe d’explication universel, d’explication du monde.» Cette quête de l’espace immatériel est née avec sa pratique du judo, première expérience du champ spirituel. La soif de l’aventure et de l’ailleurs le pousse aussi à voyager : en Italie, il rencontre Lucio Fontana, qui réalise ses premiers monochromes, perforés, intitulés «Concetto spaziale» ; en Angleterre, il travaille chez l’encadreur Robert Savage, qui l’initie à la dorure à la feuille d’or, dorénavant «accès à l’immatériel, l’absolu et l’éternité». Dès 1955, voulant exposer son monochrome Expression de l’univers de la couleur mine orange (M 60) au Salon des réalités nouvelles à Paris — on lui demandait d’ajouter une seconde couleur, un point ou une ligne pour que ce tableau soit déclaré abstrait –, l’artiste défend l’idée que la couleur pure représente «quelque chose» en elle-même. Il en fournit ici la preuve par trois.

Tableaux et arts décoratifs du XXe
samedi 14 mai 2022 - 14:00 (CEST)
8, rue du docteur Joseph-Audic, zone d'activités du Ténénio - 56001 Vannes
Jack-Philippe Ruellan
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne