Gazette Drouot logo print

La jungle en folie de M. F. Husain

Publié le , par Philippe Dufour

Avec ses animaux sacrés, le grand peintre indien menait la danse, imité par d’autres maîtres modernes originaires d’Asie : Foujita et Teng-Hiok Chiu.

La jungle en folie de M. F. Husain
Maqbool Fida Husain (1915-2011), Représentation allégorique d’un bestiaire indien, huile sur toile, signée et datée «1982», 77 x 101,5  cm.
Adjugé : 90 720 

La très survoltée Représentation allégorique d’un bestiaire indien, sujet du Zoom régions de la Gazette n° 16 (voir l'article Le fabuleux bestiaire de M.F. Husain de la Gazette n° 16, page 20), a tenu ses promesses en séduisant un acheteur, qui en a donné 90 720 €, à partir d’une estimation haute de 50 000 €. Il est vrai que son auteur, Maqbool Fida Husain, appelé plus couramment M. F. Husain, est un artiste de renommée internationale, que d’aucuns dans son pays n’hésitent pas à qualifier de «Picasso de l’Inde». Après un passage par le Bombay Progressive Artist’s Group, il expose pour la première fois en Europe dès 1952 à Zurich, lors d’un séjour où il rencontre Henri Matisse, Paul Klee et… Pablo Picasso. D’ailleurs, en 1971, il sera aux côtés de ce dernier à la Biennale de São Paulo, en tant qu’invité spécial de l’événement brésilien. Volontiers iconoclaste, Husain met en scène sur sa toile trois animaux sacrés de l’Inde, dans une composition pleine de fantaisie : l’éléphant, le tigre et le singe. Cette désinvolture thématique lui a d’ailleurs valu de graves problèmes avec les fondamentalistes hindous, qui l’ont obligé à s’exiler à la fin de sa vie…Pour 34 650 € succédait à cette vision survoltée, une paisible Jeune femme aux mains levées, signée par Léonard Tsuguharu Foujita, et caractéristique de sa production de l’après-guerre ; il s’agit d’un dessin à l’encre de Chine et lavis estompé sur papier d’Arches, dédicacé en partie haute «à M. Gaston Braud», et daté 1953 (27 18,2 cm). Naturellement, l’œuvre sera incluse dans le catalogue général raisonné de l’artiste, volume 4 (référence E53.142.D.), et s’accompagne d’un certificat de Sylvie Buisson. Autre artiste d’origine extrême-orientale ayant découvert la France : Teng-Hiok Chiu. Né en Chine, ce peintre fait ces études au Royaume-Uni, étant dîplomé de la Royal Academy of Arts à Londres en 1929. Dès lors, il exposera partout, de New York à Paris, en passant par Toronto et Stockholm. De lui s’échangeait, contre 9 576 €, un Paysage de Provence, une huile sur panneau signée (39 44 cm).

jeudi 05 mai 2022 - 14:00 (CEST) - Live
14, rue du Rempart-Saint-Étienne - 31000 Toulouse
Ivoire - Primardeco
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne