Gazette Drouot logo print

L’homme et l’animal au château de Chamarande

Publié le , par Véronique Bouruet-Aubertot

Longtemps, l’Occidental s’est cru au sommet de la pyramide du vivant. Aujourd’hui, cette vision née avec l’homme moderne est bousculée. Dans notre monde en plein naufrage écologique, la part animale est reconsidérée comme un vrai moteur, une vérité. C’est sur ces frontières, bien plus poreuses qu’on a voulu le croire, que...

L’homme et l’animal au château de Chamarande
Edi Dubien (né en 1963), Le Cri primal, 2021, aquarelle et crayon sur papier, 32 24 cm.
Courtesy de l’artiste
© 
Edi Dubien, 2022

Longtemps, l’Occidental s’est cru au sommet de la pyramide du vivant. Aujourd’hui, cette vision née avec l’homme moderne est bousculée. Dans notre monde en plein naufrage écologique, la part animale est reconsidérée comme un vrai moteur, une vérité. C’est sur ces frontières, bien plus poreuses qu’on a voulu le croire, que s’aventure l’exposition de Chamarande. Le lieu, château du XVIIe siècle ouvrant sur un vaste parc, se prête particulièrement bien au propos. Les différents salons et pièces en enfilade accueillent les œuvres de huit artistes et d’un collectif, égrenant autant de propositions et de pistes de réflexion. La meute de louves de Katia Bourdarel nous reçoit dès l’entrée. Ces figures agressives, en résine noire et montrant les dents, portent des loups en passementerie – fantaisie ambivalente. Sur le thème de l’hybridation, les dessins d’Edi Dubien se déploient en une installation conçue spécialement pour l’occasion. Dans la bibliothèque, les trophées rhabillés de tissus et breloques par Benoit Huot forment un peuple affilié à des divinités non occidentales. Parmi les œuvres les plus frappantes encore, le Cerfaure de Julien Salaud, mi-cerf mi-homme, se dresse sur un socle de peaux de bêtes. Dans la galerie ouest, les photographies de Charles Fréger interrogent les rituels animistes et les figures-totems, fruit d’un travail au long cours depuis 2010. Enfin, l’installation de Delphine Gigoux-Martin figure le crash de pigeons de porcelaine sur des panneaux de bois couvert d’une forêt dessinée au fusain, tandis qu’un vol de grues en vidéo traverse la pièce.

Domaine départemental de Chamarande,
38, rue du Commandant-Arnoux, Chamarande (91), tél. 
: 01 60 82 52 01,
chamarande.essonne.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne