Gazette Drouot logo print

L’éveil du printemps au long du Vert

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 30 juin 2022 - 10:30 (CEST) - 4, rue du Maréchal-Foch - 59100 Roubaix

La magie d’Henri Martin a encore opéré, avec ce paysage bucolique du Lot tout en nuances colorées, qui contrastait avec l’art plus sombre du flamand Roelandt Savery.

Henri Martin (1860-1943), Le Vert au printemps, huile sur toile signée, 90 x 68 cm.... L’éveil du printemps au long du Vert
Henri Martin (1860-1943), Le Vert au printemps, huile sur toile signée, 90 68 cm.
Adjugé : 130 000 

Le vieux maître postimpressionniste en a fait l’un de ses thèmes de prédilection : le Vert, la rivière qui coule au bas de son cher village lotois de La Bastide-du-Vert, où se niche son domaine de Marquayrol. Immortalisé à toutes les saisons de l’année, le voici saisi par Henri Martin au printemps (voir l'article Quand le Vert se pare de couleurs de la Gazette n° 24, page 181). D’un beau format de 90 68 cm, la toile signée a conquis 131 000 € ; outre son sujet, aux peupliers et saules frémissants traités avec beaucoup de sensibilité, et naturellement sa palette délicate, elle présente l’avantage d’être dotée d’un avis d’inclusion au catalogue raisonné établi par Marie-Anne Destrebecq-Martin. Pour 57 400 €, on gagnait la fin du XVIe siècle grâce à un tableau du maître flamand Roelandt Savery, mettant en scène L’Arche de Noé (50,5 41 cm). Un sujet solennel et éminemment biblique, qui servait surtout de prétexte à l’artiste pour éblouir ses collectionneurs avec des variations virtuoses autour des végétaux et des animaux. C’est à Prague, où il séjourna de 1603 à 1613, qu’il a pu observer les très exotiques lions, dromadaires et autruches, en visitant la ménagerie de Rodolphe II. À la suite de cette toile minutieuse, apparaissaient des épisodes tirés des premiers chapitres des Évangiles, transcrits sur panneaux, qui attiraient 44 640 € (voir l'article L’Adoration des Mages, un sujet superstar du XVIe siècle de la Gazette n° 25, page 135). Il s’agit d’un triptyque de l’école flamande, exécuté vers 1530 par l’atelier de Jan Van Dornicke, et représentant respectivement L’Adoration des Mages, La Nativité et Le Repos durant la fuite en Égypte (104 140 cm au total). Retour au XIXe siècle avec Eugène Boudin, peintre des atmosphères marines avec Marée basse, une huile sur papier marouflé sur toile, vers 1885-1890 (10,5 21 cm). Non signée, mais bien répertoriée dans le catalogue raisonné de l’artiste par Robert Schmitt (Paris 1973, n° 1968), elle emportait 6 900 €.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne