Gazette Drouot logo print

L’art de l’autodidaxie à Saint-Étienne

Le 07 décembre 2021, par Zaha Redman

L’autodidaxie et l’autoformation en art, nullement associées à la marginalité, sont le ressort de cette stimulante exposition. C’est d’autant plus une énigme que l’apprentissage artistique est à la fois une formation bénéfique et une déformation pernicieuse. L’autodidaxie en art est un espace trouble, controversé, voire…

L’art de l’autodidaxie à Saint-Étienne
Bodys Isek Kingelez (né en 1948), Palais Hiroshima, 1991, papier, carton, polystyrène, plastique, matériaux mixtes, 48 78 41 cm, CAAC.
The Jean Pigozzi Collection for African Arts

L’autodidaxie et l’autoformation en art, nullement associées à la marginalité, sont le ressort de cette stimulante exposition. C’est d’autant plus une énigme que l’apprentissage artistique est à la fois une formation bénéfique et une déformation pernicieuse. L’autodidaxie en art est un espace trouble, controversé, voire contaminé. La plupart des protagonistes réunis ici ne sont pas des « outsiders » –c’est le cas de Maurizio Cattelan, Tania Mouraud, Yves Klein, Sophie Calle, Bodys Isek Kingelez, parmi d’autres. Mais l’art brut est présent, bien identifié, avec le Facteur Cheval ou Henry Darger, ou des figures moins connues et néanmoins intéressantes. Au fil du parcours, surgit l’idée que la vraie question est celle de « l’entrée en art » : comment une personne plonge-t-elle dans ce monde imaginaire, langagier, sacré, et comment procède-t-elle, une fois dedans ? Posée pour des artistes, la question vaut aussi pour tout un chacun, y compris la multitude réunie sous les noms ambigus de « publics » ou d’« amateurs ». Dès lors, l’autodidaxie ne couvre pas seulement le travail du « savoir-faire », mais aussi le « pouvoir sentir » et finalement le « désir de s’affranchir ». Il y a tout de même un angle mort dans ce parcours : la dérangeante question de l’argent et du marché, qui reste une entrée plus que sauvage en la matière, et une (dé)formation très spécifique. En d’autres termes, l’entrée en art est toujours une spéculation sociale et monétaire à la fois, tellement brute et, sans la mettre au pinacle, elle mérite d’être vue en rapport à l’autodidaxie. L’Énigme autodidacte est une enquête visuelle quelque peu initiatique, qui mélange les cartes discrètement en produisant un bruit singulier, une saveur inconnue et si attrayante. Et le catalogue de l’exposition suit, c’est un bon outil.

Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole,
rue Fernand-Léger, Saint-Priest-en-Jarez (42), tél. 
: 04 77 79 52 52.
Jusqu’au 3 avril 2022.
mamc.saint-etienne.fr

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne