L’Armory Show écrit son avenir

Le 13 février 2020, par Agathe Albi-Gervy

Lutant pour imposer son identité, la foire new-yorkaise va avoir lieu pour la 26e fois, cette année du 5 au 8 mars aux Piers 90 et 94. 

Hank Willis Thomas, Kayne Griffin Corcoran.
Courtesy of The Armory Show - Photograph by Teddy Wolff

L’an dernier, elle avait dû contrer un vent de panique en apprenant, une semaine avant son ouverture, qu’elle allait devoir chercher un autre lieu d’exposition, la structure du Pier 92 ayant été déclarée non conforme aux règles de sécurité. Cette année, la 26e édition de la foire new-yorkaise se déploiera donc aux Piers 90 et 94, du 5 au 8 mars. Si l’Armory Show porte un nom mythique – celui de la première grande exposition internationale d’art moderne, organisée en 1913 –, elle lutte depuis plusieurs années pour imposer son identité dans le paysage des grandes foires d’art contemporain. Avec quinze exposants de moins que l’an dernier, soit 183 participants confirmés, l’événement connaît en outre un renouvellement important de ses enseignes. Faudrait-il y voir davantage qu’une simple rotation «naturelle», comme la qualifie la direction ? En tout cas, de grands noms tels Marianne Boesky, The Breeder, Castelli, Ceysson & Bénétière, Galleria Continua, Gallery Hyundai, König Galerie, Lisson, Pace, ou encore d’autres implantés à Paris, – Lelong, Perrotin et Thaddaeus Ropac – ne renouvellent pas l’expérience. À l’inverse, Kasmin, Gagosian et Simon Lee reviennent après plusieurs années d’absence, tandis que trente nouvelles enseignes rejoindront les rangs, à l’image de la munichoise Jahn und Jahn, la parisienne Magnin-A et la londonienne State. Les Français seront également représentés par Templon, Praz-Delavallade, Antoine Levi, Carpenters Workshop Gallery, Nathalie Obadia et les Filles du Calvaire. Une nouvelle organisation de l’espace sera testée cette année : tandis que les stands des galeries se répartiront sur le Pier 94, l’ensemble du Pier 90 sera dédié à des initiatives «curatées», une tendance croissante au sein des foires. Ainsi Jamillah James, conservatrice à l’Institute of Contemporary Art de Los Angeles, organisera l’espace «Focus», consacré à l’art révisionniste. Quant à Nora Burnett Abrams, la directrice du MCA Denver, elle supervisera une nouvelle section tournée exclusiv ment sur l’art du XXe siècle.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne