Hôtel de Caumont : Zao Wou-ki. « Il ne fait jamais nuit »

Le 29 juin 2021, par Christophe Averty
Zao Wou-ki (1920-2013), 14.03.92, 1992, huile sur toile, 65 81 cm, collection particulière.
© Adagp, Paris 2021, photo Dennis Bouchard

De joies émerveillées en vifs chagrins, Zao Wou-ki peint l’émotion, le sentiment et la sensation du vivant. Tout au long de son œuvre, le coloriste chante la lumière, ses épaisseurs, ses fluides et aériennes légèretés. Cette omniprésence a donné son argument et son titre à la rétrospective que lui consacre le centre d’art aixois. Orchestrée par Erik Verhagen, professeur en histoire de l’art contemporain, et Yann Hendgen, directeur artistique de la Fondation Zao Wou-ki et ancien assistant du peintre, elle restitue avec poésie la passion d’une vie qui le poussa inlassablement dans la quête d’abstraites et lumineuses harmonies. De l’éclat des astres de la nuit à celui de la Méditerranée, quelque quatre-vingt-dix huiles, encres de Chine et aquarelles – pour la plupart issues de collections particulières – révèlent, de 1935 à 2009, les étapes, les choix et les hommages ayant ponctué l’œuvre du maître. Ouvrant l’exposition, deux tableaux peints à Hangzhou, où il étudie puis enseigne à l’école des beaux-arts, signent la voie qu’il s’est choisie. Tel un manifeste, son Paysage aux vives et épaisses touches rompant avec la tradition figurative chinoise et sa Nature morte aux pommes, calquée sur la rigueur géométrique de Cézanne, amorcent un chemin vers l’abstraction. S’ensuivent des chocs esthétiques, de Paul Klee à l’expressionnisme abstrait américain, qui marquent son abandon de la forme pour la matière, son appétit de vide et de lumière. Mais cette lecture historienne s’élide vite au profit du franc plaisir que l’artiste exprime et transmet. À Ibiza, où l’architecte Josep Lluís Sert lui a construit un atelier, l’eau bleue de la mer bouillonne de force et de vie. À La Cavalerie, dans le Luberon, où l’accueille le créateur Emanuel Ungaro, Zao Wou-ki retrouve l’enthousiasme fébrile de Monet devant l’essence et la fulgurance de la nature. Ici se dévoile la peinture d’un sage, mise en espace dans le respect du bonheur qu’elle procure.

Hôtel de Caumont - Centre d’art,
3, rue Joseph-Cabassol, Aix-en-Provence (13), tél. 
: 04 42 20 70 01.
Jusqu’au 10 octobre 2021.
www.caumont-centredart.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne