Gazette Drouot logo print

Henry Moore : The Helmet Heads

Publié le , par Vincent Noce

«L’armure est une forme idéelle fondamentale» qui, tout comme «la carapace du crabe ou du homard, protège une forme extrêmement vulnérable» (Henry Moore). La Wallace Collection propose pour la première fois de confronter sa sculpture aux heaumes médiévaux qui l’ont si longtemps inspirée. L’artiste s’est lui-même expliqué...

Henry Moore (1898-1986), Helmet Head N° 1, 1950, bronze. Henry Moore : The Helmet Heads
Henry Moore (1898-1986), Helmet Head N° 1, 1950, bronze.
Photo © Tate, London 2019 Artwork reproduced by permission of The Henry Moore Foundation

«L’armure est une forme idéelle fondamentale» qui, tout comme «la carapace du crabe ou du homard, protège une forme extrêmement vulnérable» (Henry Moore). La Wallace Collection propose pour la première fois de confronter sa sculpture aux heaumes médiévaux qui l’ont si longtemps inspirée. L’artiste s’est lui-même expliqué sur cette quête du «mystère qui réside en cette pénombre», qui le conduisait dans ce musée à étudier des heures durant les salades, barbutes ou bascinets. Hormis un casque germanique peint d’un masque zoomorphe, ce n’étaient pas les plus ornementés qui attiraient son attention, mais au contraire cette «pureté métallique» à la puissance protectrice. À partir des années 1930, il a étudié le placement de figurines à l’intérieur de ces structures arrondies, couchant ses idées sur papier et les reprenant sans arrêt. En 1950, il donna naissance à la première de la série des «Têtes de casque» («Helmet Heads»), qu’il fit fondre en plomb, matière dont il appréciait les «qualités vénéneuses». Il imagina plusieurs silhouettes à placer à l’intérieur. Il pratiqua des incisions frontales pour les laisser entrevoir. Par un effet ironique, il affubla l’une de ces figurines de grands yeux, qui du même coup transformaient sa carapace en visage. Après Brancusi, il accentua la simplification linéaire, ses biomorphismes rappelant alors les motifs chers au surréalisme. Il étudia aussi les casques à la grecque et reprit un heaume germanique descendant à l’épaule pour créer des «armures féminines». Le thème le suivait encore quand il eut à livrer un monument dédié à l’énergie nucléaire à Chicago ou un autre à Guernica. Même les nus allongés qui firent sa célébrité semblent accouchés de ces volutes. Helmet Head n° 1, en bronze, enveloppe l’angle aigu d’un métronome – une naissance dans une caverne.

Wallace Collection, Hertford House,
Manchester Square, Londres, tél. 
: +44 207 563 95 00,
Jusqu’au 23 juin 2019.
www.wallacecollection.org
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne