Gazette Drouot logo print

Haute Époque de haute volée

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Translatés par un groupe de retable en chêne, émaux, bronzes, pierres sculptées et objets d’art exaltaient la variété des styles qui s’exprimaient dans toute l’Europe de cette riche période.

Attribué au Maître d’Elsloo, Pays-Bas espagnols, Meuse moyenne, Limbourg, Ruremonde,... Haute Époque de haute volée
Attribué au Maître d’Elsloo, Pays-Bas espagnols, Meuse moyenne, Limbourg, Ruremonde, vers 1510-1520, groupe de retable en chêne sculpté représentant La Translation du corps de saint Jacques en Galice, 73,5 45 21,5 cm.
Adjugé : 402 570 

Le catalogue était prometteur, particulièrement fourni et documenté. L’intérêt des collectionneurs a suivi et les résultats ont souvent dépassé les attentes, notamment pour ce groupe de retable en chêne sculpté mettant en scène un épisode tiré de la tradition chrétienne, La Translation du corps de saint Jacques en Galice. On connaît l’importance du culte du vénéré dans l’Europe très catholique du haut Moyen Âge. Pourtant, les œuvres représentant sa translation miraculeuse sont des plus rares (voir l'article Un chemin de saint Jacques attribué au maître d’Esloo de la Gazette n° 28 du 17 juillet, page 35). Ceci renforcé par l’attribution à Jan van Oel, dit le Maître d’Elsloo, un sculpteur auquel on doit de beaux groupes religieux, portait le bois jusqu’au prix de 402 570 €. Ce n’était pas la seule belle surprise de la journée. Outre les résultats page de gauche, on relèvera les 66 300 € d’une plaque en marbre de forme ogivale (81 36,5 cm) sculptée en fort relief d’un arbre de vie. Le motif, repris de l’art byzantin, fut souvent exploité à Venise pour des plaques destinées à agrémenter des façades palatiales et des églises. Celle-ci a été réalisée à cheval sur les XIIe et XIIIe siècles. À noter encore les 28 600 € d’une tête d’ange picarde en pierre calcaire, exécutée en ronde bosse en Picardie ou en Normandie dans la seconde moitié du XIIIe siècle. De grandeur nature (h. 29,5 m), par sa stricte frontalité et son expression d’une grande sérénité, cette figure est à rapprocher des statues ornant les portails des cathédrales de la période gothique. Un grain de chapelet (4,4 2,9 3,5 cm) à deux moitiés de visage, mi-tête mi-cadavre, offre une petite méditation en guise de conclusion. Ce memento mori, sculpté en ronde bosse à Paris vers 1500-1530, peut se rattacher de par sa qualité d’exécution à l’atelier de Chicart Bailly. Il montre en effet une réelle dextérité de la part de son auteur. Autre qualité, il s’agit d’une rareté puisqu’il est en os et non en ivoire, comme la plupart de ces petits objets de réflexion. Des atouts qui lui ont permis d’accrocher 22 100 €.

L’atelier bourguignon du sculpteur hollandais Claus Sluter (1340-1405) est parfaitement attesté, et il est aisé de lui attribuer des œuvre
L’atelier bourguignon du sculpteur hollandais Claus Sluter (1340-1405) est parfaitement attesté, et il est aisé de lui attribuer des œuvres selon les caractéristiques qui en émanent. Sur ce buste d’homme barbu en pierre calcaire (h. 60 cm), vraisemblablement celui de saint Paul, on retrouve le front marqué de rides parallèles, les arcades sourcilières épaisses, les yeux enfoncés dans leurs orbites, l’effet décoratif de la longue barbe… autant de points existant sur les bustes qui lui sont donnés avec certitude, notamment ceux des prophètes Moïse et Isaïe de la chartreuse de Champmol. Ce travail très fouillé et d’une grande dextérité recevait 52 000 €.
Estimation décuplée pour cet ange (15 x 9,8 x 11 cm) en cuivre repoussé, gravé, ciselé et doré ! Bien qu’ayant perdu ce qui figurait dans
Estimation décuplée pour cet ange (15 9,8 11 cm) en cuivre repoussé, gravé, ciselé et doré ! Bien qu’ayant perdu ce qui figurait dans ses mains jointes – un cierge ou le pied d’un reliquaire –, le chérubin, attribué à l’atelier parisien de Jean de Clichy, Gautier du Four et Guillaume Bouyn vers 1400-1410, s’envolait à 118 300 €. Cette statuette est un nouveau témoignage de la diffusion du style gothique international du tournant du XVe siècle par la place de Paris. Le travail de ces trois orfèvres n’était attesté jusque-là que par une suite de six prophètes, dont deux seulement nous sont parvenus, supportant autrefois la châsse de saint Germain à Saint-Germain-des-Prés – fondue sous la Révolution.

La laque mexicaine a ceci d’original qu’il s’agit d’un mélange de graisse animale (extraite de la femelle de la cochenille), d’huile de gr
La laque mexicaine a ceci d’original qu’il s’agit d’un mélange de graisse animale (extraite de la femelle de la cochenille), d’huile de graines de sauge et de terre blanche. Elle se développe au XVIIe siècle à Michoacán, Peribán et Uruapan pour orner de grands plateaux creux dits bateas, à l’image de celui-ci (diam. 75,5 cm). Traité dans une belle et typique polychromie de rouge, bleu, orange, rose et blanc et à décor central d’un cavalier habillé à la mode de l’époque, avec chapeau à large bord, grand col blanc et hauts-de-chausses, l’objet se posait sur la table des enchères à 93 600 €.
35 100 € s’inclinaient devant ce Christ d’applique (23,5 x 18 cm) en cuivre relevé d’émaux champlevés. Cet objet, dont émane une profonde
35 100 € s’inclinaient devant ce Christ d’applique (23,5 18 cm) en cuivre relevé d’émaux champlevés. Cet objet, dont émane une profonde religiosité, a été réalisé à Limoges autour des années 1200-1220. La ville, bénéficiant d’une place privilégiée au carrefour des routes commerciales et riche du soutien de grands mécènes, voit le travail de l’émail devenir sa signature. Ce sont des milliers d’objets liturgiques qui sortiront ainsi de ses ateliers pour se diffuser à travers le royaume voire l’Europe entière, à la suite de la décision du concile de Latran de 1215 d’autoriser l’emploi de l’émail champlevé.
jeudi 23 juillet 2020 - 16:00 (CEST) - Live
Salle 1 - Hôtel Drouot - 75009
Pierre Bergé & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne