facebook
Gazette Drouot logo print

La Gazette Drouot Art et patrimoine - Expositions

Giorgio Morandi. La collection Magnani-Rocca

Le 18 mai 2021, par Valentin Grivet

«Je suis convaincu qu’il n’y a rien de plus surréel ou de plus abstrait que la réalité même», disait Giorgio Morandi  (1890-1964). Reclus dans cette…

Giorgio Morandi. La collection Magnani-Rocca
Giorgio Morandi, Nature morte, 1936, huile sur toile, 32 37 cm, détail, Mamiano di Traversetolo (Parme), Fondazione Magnani-Rocca. © Adagp, Paris 2021

«Je suis convaincu qu’il n’y a rien de plus surréel ou de plus abstrait que la réalité même», disait Giorgio Morandi (1890-1964). Reclus dans cette chambre-atelier de Bologne où il produisit la quasi-totalité de ses œuvres, l’artiste observait humblement, et inlassablement, ce que lui offrait son quotidien. Quand il peignait l’extérieur, c’est celui qu’il voyait de sa fenêtre (la cézannienne Cour de la rue Fondazza), et les natures mortes qui l’ont rendu célèbre sont nées de simples assemblages de boîtes, de tasses, de bouteilles. Presque rien, mais la magie opère. Ses tableaux délicats aux tons rompus – des beiges, des bruns, des blancs rehaussés ici ou là d’un rouge éteint, d’un bleu-gris – émeuvent par le mystère de leur silence. À l’exception de rares autoportraits, la figure humaine est absente. Les œuvres présentées à Grenoble proviennent d’une collection conservée à la fondation Magnani-Rocca, près de Parme, et riche d’une cinquantaine de peintures, gravures et dessins, tous réunis ici. «Ami de Morandi, le musicologue Luigi Magnani souhaitait constituer un ensemble représentatif de son œuvre. Il a acquis la plupart des tableaux du vivant de l’artiste, puis complété sa collection en achetant quelques toiles de ses débuts, des œuvres métaphysiques stylistiquement proches de celles de Chirico ou de Carlo Carrà», précise Guy Tosatto, commissaire de l’accrochage aux côtés de Sophie Bernard et d’Alice Ensabella. Morandi envisageait la peinture comme un moyen d’aller au-delà des choses. Chronologique, le parcours accompagne la douce évolution de son art de la variation, jusqu’à l’épure.

Musée de Grenoble,
5, place Lavalette, Grenoble 
(38), tél. : 04 76 63 44 44
Jusqu’au 4 juillet 2021.
www.museedegrenoble.fr

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne