Gazette Drouot logo print

Frida Kahlo au-delà des apparences au palais Galliera

Publié le , par Virginie Chuimer-Layen

Pour la première fois à Paris, plus de deux cents objets provenant du Museo Frida Kahlo, à Mexico, plongent le public dans l’univers d’une artiste ayant fait de son handicap l’un des moteurs de sa création. Un monde peuplé d’ex-voto, de bijoux, vêtements et objets médicaux, mis sous scellés par son mari Diego Ribera après...

Manteau en coton guatémaltèque, huipil mazatèque brodé à la main, rubans de satin. ©... Frida Kahlo au-delà des apparences au palais Galliera
Manteau en coton guatémaltèque, huipil mazatèque brodé à la main, rubans de satin. © Museo Frida Kahlo - Casa Azul collection - Javier Hinojosa 

Pour la première fois à Paris, plus de deux cents objets provenant du Museo Frida Kahlo, à Mexico, plongent le public dans l’univers d’une artiste ayant fait de son handicap l’un des moteurs de sa création. Un monde peuplé d’ex-voto, de bijoux, vêtements et objets médicaux, mis sous scellés par son mari Diego Ribera après sa mort en 1954, redécouverts en 2004. D’emblée, la présence d’un grand miroir interroge. Mais très vite, des dessins, photos et lettres, rappelant qu’elle réalisa beaucoup de ses autoportraits alitée, permettent d’en saisir le sens. Au-delà de ce détail, c’est une vie à la fois intense, engagée et difficile qui est narrée par le prisme d’artefacts très parlants, participant à la construction de son identité et de son œuvre. Du sous-sol au rez-de-chaussée, sept sections rythment un parcours chronologique et thématique évoquant sa jeunesse, le rôle central de la Casa Azul, cette maison de famille devenue peu à peu un lieu politique et l’expression matérielle de sa «mexicanité». Quelques-unes sont aussi consacrées aux voyages de l’artiste aux États-Unis, à Paris, à ces souffrances incessantes dont témoignent ses prothèses, souvent peintes, et certains dessins au crayon. Naturellement, une large place est également dévolue à ses blouses, châles et jupes flamboyants de couleurs, inspirés des tenues traditionnelles de Tehuantepec. Sobre et élégante, la scénographie étudiée les fait dialoguer avec des photos et tableaux, à l’image de cet autoportrait de 1948 où son visage émerge d’une coiffe resplandor. Quant au rez-de-chaussée, il traite de son influence dans la mode actuelle en présentant des pièces de Jean Paul Gaultier, Yamamoto ou encore Valentino, réinterprétant son style. Très accessible, l’exposition porte un regard anthropologique inédit sur cette icône dont les effets personnels aident à comprendre la personnalité avant-gardiste en matière de genre et d’identité, tout comme l’était sa peinture, appréciée des surréalistes français.

Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris,
10, avenue Pierre-I
er-de-Serbie, Paris XVI
e, tél. : 01 56 52 86 00,
Jusqu’au 5 mars 2023 et jusqu’au 31 décembre 2022 pour le rez-de-chaussée.
www.palaisgalliera.paris.fr
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne