Fondation Custodia : Studi & Schizzi. Dessiner la figure en Italie, 1450-1700

Le 25 février 2020, par Baptiste Roelly
Andrea del Sarto, Tête d’une jeune femme, légèrement tournée vers la droite, vers 1517, pierre noire sur papier gris, 25,9 x 20,3 cm, fondation Custodia, collection Frits Lugt, Paris.
© Fondation Custodia

La fondation Custodia pose un nouveau jalon de son histoire en inaugurant une banque de données en ligne, qui offrira à terme l’accès à l’intégralité de ses collections. Les dessins italiens inaugurent le projet et font ainsi l’objet d’une exposition présentant 86 feuilles, sous la forme d’un florilège axé sur le thème de la figure humaine. La sélection se découpe en quatre focus, qui sont autant de types d’exercices auxquels un artiste peut être confronté en dessinant : l’étude de détail, l’interaction de plusieurs personnages, la mise en place d’une composition et le traitement de la lumière. Ces sections dégagent la singularité d’un parcours où les œuvres ne sont regroupées ni par écoles, ni par époques, ni même par artistes ou par sujets. À rebours de ces partis pris plus classiques, le visiteur est invité à comprendre comment différents artistes surmontent des difficultés comparables selon des manières qui leur sont propres et qui les caractérisent. Par quels procédés Le Dominiquin et Pietro da Cortona suggèrent-ils l’intensité des rapports entre la Vierge et l’Enfant lorsqu’ils assemblent leurs deux figures ? Filippino Lippi et Andrea del Sarto préfèrent-ils les rehauts ou les hachures pour distribuer les ombres et les lumières ? Autant de problèmes concrets que l’artiste surmonte au prix de repentirs, ratures et tâtonnements que son dessin trahit. En abordant les œuvres de maîtres italiens de l’époque moderne pour leur valeur de work in progress, l’exposition se veut fidèle à un parti pris formulé par Frits Lugt – le maître des lieux disparu il y a tout juste cinquante ans –, qui décrivait déjà le dessin comme une confidence involontaire où l’artiste se dévoile : « On partage ses pensées, on se heurte avec lui aux difficultés, on admire la manière dont il parvient à les vaincre. »

Fondation Custodia,
121, rue de Lille, Paris VII
e, tél. : 01 47 05 75 19.
Jusqu’au 10 mai 2020.
www.fondationcustodia.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne