Fairlight, affaire Bouvier... les perdants et les gagnants

Le 19 décembre 2019, par Agathe Albi-Gervy

Trois affaires avec des hauts pour les uns, des bas pour les autres : Sotheby's versus Fairlight Art Venture, Bouvier versus Rybolovlev et Nicolás Cortés aux prises avec une sainte...

Détail de la Sainte Marguerite de Cortone vendue par Nicolás Cortés à la Tefaf
DR

Sotheby’s 1  Fairlight Art Ventures 0. Le 11 décembre, à Londres, la maison de ventes a gagné son procès contre la société d’investissement impliquée dans la transaction d’un portrait de Frans Hals donné comme faux. Fairlight l’avait acquis conjointement avec le marchand Mark Weiss auprès du sulfureux collectionneur Giuliano Ruffini, avant de le revendre en 2011, par l’intermédiaire de Sotheby’s, à un collectionneur de Seattle, pour 11,7 M$. Le juge demande à Fairlight d’assumer la moitié des pertes de Sotheby’s, tandis que Mark Weiss avait déjà versé 4,2 M$ à la maison lésée. Du nouveau également dans l’affaire Bouvier/Rybolovlev : la cour d’appel de Monaco a annulé la procédure menée par l’oligarque russe Dimitri Rybolovlev contre l’homme d’affaires genevois Yves Bouvier, accusé par le premier de lui avoir vendu des tableaux avec des marges exorbitantes. La chambre a jugé que «l’ensemble des investigations avaient été menées de manière partielle et déloyale» à l’encontre de Bouvier, Rybolovlev ayant bénéficié «tout au long de l’enquête, de manière occulte, de faveurs des enquêteurs, du directeur de la sûreté publique et du procureur général». Un recours en cassation a été introduit par l’avocat du patron de l’AS Monaco. Enfin, en Espagne, la police mène actuellement des investigations pour déterminer si une sculpture baroque en bois a été légalement vendue par les sœurs du couvent Notre-Dame-des-Anges de Grenade à Nicolás Cortés, le marchand qui a exposé l’œuvre à la foire Tefaf de New York, en novembre. Selon le quotidien El País, cette Sainte Marguerite de Cortone a été identifiée, dans le catalogue de la foire, par un habitant des environs du couvent, comme provenant de son église, fermée en 2018. Si Nicolás Cortés a fourni aux autorités les documents prouvant qu’il l’a acquise fin 2017 auprès d’un antiquaire, et si la mère supérieure du couvent a pointé des différences entre la sculpture de l’église et celle de Cortés, plusieurs experts interrogés par le journal sont convaincus qu’il s’agit de la même œuvre. Sans compter que certains objets d’art provenant du couvent auraient été aperçus chez des antiquaires tenant boutique près de l’établissement…

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne