Gazette Drouot logo print

Deux singes japonais en hiver

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 13 décembre 2021 - 14:00 (CET) - Salle 16 - Hôtel Drouot - 75009

Petit mais costaud, un netsuke en bois sculpté atteignait habilement la plus haute branche de la vente.

Japon, XIXe siècle. Netsuke en bois figurant deux singes, l’un grimpant sur le dos... Deux singes japonais en hiver
Japon, XIXe siècle. Netsuke en bois figurant deux singes, l’un grimpant sur le dos de l’autre pour tenter de lui voler une pêche, signé Toyomasa, h. cm.
Adjugé : 160 000 

Naito Toyomasa (1773-1856) est connu dans le Japon du XIXe siècle comme faiseur de netsuke, ces petits boutons sculptés dans le bois, l’ivoire ou la corne, le métal ou la porcelaine pour retenir les accessoires suspendus à la ceinture. L’artiste semblait avoir une affection particulière pour le règne animal tant son œuvre déploie toutes sortes de petites bêtes. Pour ce modèle, il a choisi de représenter deux singes, l’un grimpant sur le dos de son camarade pour tenter de lui voler une pêche : une attitude totalement naturaliste et en phase avec l’esprit de l’archipel, celui qui séduira le monde occidental quelques années plus tard. Ce netsuke décrochait 160 000 €, soit un prix maximal pour un mini objet ! En France, le record était détenu jusqu’alors par un modèle en ivoire représentant Shoki debout luttant contre les démons oni (h. 13,1 cm), vendu 127 375 € en mars 2005 à la Varenne-Saint-Hilaire (Lombrail-Teucquam OVV. M. Portier Th.). Il s’agissait du premier résultat à six chiffres d’un tel objet pour le marché français. Ce prix concrétise le bon positionnement de Paris pour les ventes d’arts du Japon, par rapport à une capitale britannique longtemps dominante. Un nouvel effet Brexit ? Le vase (h. 23 cm) fabriqué en Chine au soir de la dynastie Ming (1368-1644) de forme «gousse d’ail» (suantouping) avait été bien choisi par la Gazette n° 44 (voir l'article Vase en bronze de la fin de l’époque Ming page 66) pour illustrer la vente. L’objet en bronze à double patine – brune et dorée – voyait ses deux chilongs, des créatures mythologiques, s’affronter jusqu’à 64 000 €. Il faut signaler encore les 140 800 € d’un plateau en laque rouge et noir sculpté en forme de fleur de lotus. Cet objet de la fin de l’époque Yuan (1279-1368) ou du début de celle des Ming n’est pas inconnu de nos lecteurs et des collectionneurs, puisqu’il avait orné la couverture de la Gazette n° 43 de 2019 (voir l'article Aux origines du laque sculpté). Vendu par la même maison, mais non payé par un enchérisseur indélicat, il était à nouveau proposé.

lundi 13 décembre 2021 - 14:00 (CET) - Live
Salle 16 - Hôtel Drouot - 75009
Tessier & Sarrou et Associés
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne