Gazette Drouot logo print

Des lauriers pour Baudelaire

Publié le , par Sophie Reyssat

Très attachés à leurs auteurs, les Français étaient au rendez-vous lors de cette vente de manuscrits, pour lesquels nombre d’autres nationalités enchérissaient par ailleurs, de la Russie à l’Australie. 90 % des cent quarante-trois numéros changeaient ainsi de propriétaire, avec une mention spéciale pour ceux évoquant le...

Charles Baudelaire, lettre autographe signée «C. Baudelaire», à Narcisse Ancelle,... Des lauriers pour Baudelaire
Charles Baudelaire, lettre autographe signée «C. Baudelaire», à Narcisse Ancelle, avec deux apostilles autographes de celui-ci, [Paris], 30 juin 1845, 7 p., 1/2 in-4°, petites fentes aux pliures, quelques infimes perforations.
Adjugé : 234 000 €

Très attachés à leurs auteurs, les Français étaient au rendez-vous lors de cette vente de manuscrits, pour lesquels nombre d’autres nationalités enchérissaient par ailleurs, de la Russie à l’Australie. 90 % des cent quarante-trois numéros changeaient ainsi de propriétaire, avec une mention spéciale pour ceux évoquant le souvenir de Baudelaire, chacun trouvant preneur. La pièce la plus convoitée était naturellement la «lettre de suicide» du poète, emportée à plus du double de son estimation par un collectionneur français (voir Zoom régions Gazette n° 37, page 32, et Gazette n° 38, page 132). D’autres beaux résultats suivaient, comme les 54 600 € prononcés pour les Fleurs du mal, publiées par Poulet-Malassis et De Broise. Des raretés sont à noter pour cette édition originale de 1857 : le premier ou deuxième état de la couverture montrant des fautes non corrigées, et un envoi autographe «À Monsieur Piétri, hommage de l’auteur. Charles Baudelaire». Ses notes autour d’une coupure de presse assassinant le recueil, avec une apostille autographe de son conseil judiciaire, Narcisse Ancelle, étaient saluées à hauteur de 45 500 €. Le manuscrit de l’essai de Jean-Paul Sartre sur Baudelaire, datant de 1944, récoltait quant à lui 70 200 €. Un monument d’Émile Zola était au programme : La Bête humaine, dont les épreuves corrigées au tournant de 1890, selon les estampilles apposées sur la première page de vingt-six placards, obtenaient 45 500 €. Freud, Céline, Casanova, Einstein et Proust étaient également remarqués pour leurs lettres. Celles du dernier cité, assorties d’une photographie jugée scandaleuse par sa mère, obtenaient 23 400 €. Les écrits n’étaient pas les seuls à être salués, 36 400 € récompensant une reliure art déco à décor de galuchat imaginée par Pierre Legrain pour Suzanne et le Pacifique, de Jean Giraudoux. Comme quoi l’écrin importe lui aussi, pour mieux chérir l’ivresse de la littérature… 

dimanche 04 novembre 2018 - 14:30 (CET) - Live
9-11, rue Royale - 77300 Fontainebleau
Osenat
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne