Chanel, l’intemporelle

Le 27 octobre 2020, par Virginie Chuimer-Layen

Dans le cadre de sa réouverture, le palais Galliera rend hommage à l’œuvre de celle qui a simplifié et embelli la vie des femmes, à travers une rétrospective dénuée de propos polémiques.

Robe, automne-hiver 1964-1965, cloqué de coton et organza noirs, Paris, palais Galliera (à gauche), et robe, printemps-été 1959, mousseline noire, satin de soie noir, pâte de verre turquoise, Paris, patrimoine de Chanel.
© Julien T. Hamon

Pour beaucoup, son nom est synonyme d’un parfum au numéro iconique, pour d’autres de « petite robe noire », de tailleurs souples ou de sacs 2.55… Mais connaît-on réellement la portée de sa « révolution » dans la mode féminine depuis les années 1910 ? C’est en partie à cette question que le palais Galliera entend répondre avec cette première rétrospective jamais réalisée en France. Environ 167 modèles, de 1916 à 1971, 138 bijoux et accessoires provenant de sa propre collection, des archives du patrimoine de la maison Chanel et d’institutions étrangères y sont présentés. Pour décrypter la construction de son « style », se révélant de manière chronologique puis thématique, au fil de dix sections, sur les deux niveaux rénovés du bâtiment, le musée a opté pour une scénographie élégante, imaginée par Sandra Courtine et Dominique Brard, qui réinterprète les codes de la maison Chanel et respecte l’architecture du lieu. On retrouve notamment son noir emblématique sur les tentures masquant le style historiciste de l’édifice, et la typographie typique de la maison pour la rédaction des cartels. De nombreux effets de « miroir » évoquent aussi ceux de l’escalier art déco du 31, rue Cambon, à travers des parois reflétant des modèles aux tons et époques similaires, exposés en enfilade. Au salon d’honneur, l’étonnante modernité des modèles, aux formes et imprimés résolument actuels, charme le visiteur. Connue pour avoir libéré le corps féminin à la fin d’une époque où celui-ci était encore corseté, Gabrielle Chanel opte pour un style proche de la garde-robe masculine dont le confort, la sobriété et le minimalisme des coupes transparaissent dans les grandes vitrines consacrées aux premières décennies du XXe siècle. La souplesse, la fluidité des matières et des lignes participent à la création de son style, définitivement chic et intemporel, depuis sa première marinière, en 1916, en passant par les sublimes robes de soirée aux mousselines soyeuses, légères et transparentes des années 1930. Cette fameuse « allure Chanel » se fonde également sur un paradoxe que le palais Galliera a bien su retranscrire : le port, toujours grandissant, de bijoux fantaisie, inspirés de la nature ou de l’histoire, étalés en profusion sur une table, telle une immense nature morte de pierres, perles, verre et métal, dans les galeries du sous-sol, vient en effet contrebalancer la radicalité des formes reprise dans ses tailleurs en tweed, dont 42 modèles sont exposés. De même, l’exposition nous éclaire sur une tendance quelque peu oubliée, celle des « chaneleries » publiées par le magazine Elle de 1957, à travers la présentation d’exemplaires publiant un patron et des idées de fabrication pour ses lectrices. Celle qui avait pour habitude de porter elle-même ses créations ne rechignait donc pas à voir la rue s’en inspirer ! Illustrée de splendides photographies en noir et blanc, de citations claquantes, l’exposition, conçue comme une ode à la femme moderne et libre, botte en touche quant à la personnalité complexe de la couturière, dont les agissements troubles durant la guerre refont aujourd’hui surface dans la presse. Fallait-il séparer la femme de l’œuvre dans cette exposition ? Le musée, temple de la mode et de son histoire, a choisi de ne s’intéresser qu’à son travail. Un parti pris qui n’entache en rien la qualité intrinsèque d’un événement ayant nécessité deux années de recherche.  

« Gabrielle Chanel, manifeste de mode »,
palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris,
10, avenue Pierre -1
er-de-Serbie, Paris XVIe, tél. : 01 56 52 86 00
Jusqu’au 14 mars 2021.
www.palaisgalliera.paris.fr
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne