Gazette Drouot logo print

Burlesque et caustique, la vie parisienne d’Offenbach

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Cette dispersion à teneur bibliophilique s’adressait également aux mélomanes, comportant un ensemble de partitions du grand Jacques Offenbach (1819-1880). Deux manuscrits autographes réunis en un même volume, l’un pour Monsieur Choufleuri restera chez lui le 24 janvier 1833, le second pour l’opérette en un acte Il Signor...

Burlesque et caustique, la vie parisienne d’Offenbach
Jacques Offenbach (1819-1880), Choufleury et Il Signore Fagotto, deux manuscrits autographes de travail de deux opérettes. Adjugé : 75 400 €

Cette dispersion à teneur bibliophilique s’adressait également aux mélomanes, comportant un ensemble de partitions du grand Jacques Offenbach (1819-1880). Deux manuscrits autographes réunis en un même volume, l’un pour Monsieur Choufleuri restera chez lui le 24 janvier 1833, le second pour l’opérette en un acte Il Signor Fagotto, couchés à l’encre brune sur des portées, étaient joués à 75 400 €. La première pièce présentée ici simplement comme Choufleury est une éblouissante opérette en un acte, composée et dévoilée en 1861 à travers un livret du duc de Morny frère illégitime de Napoléon III. Ludovic Halévy et Crémieux, les librettistes habituels du compositeur, ont logiquement contribué à son écriture. Vaudeville musical haut en couleur, à l’image de ceux ayant contribué au succès d’Offenbach, l’œuvre rencontrera le sien lors de sa première au théâtre des Bouffes-Parisiens, le 14 septembre 1861. Elle livre pourtant une parodie caustique de la bourgeoisie, au travers de ce personnage de nanti totalement inculte en matière de musique qui cherche à impressionner ses pairs en organisant une soirée d’opéra chez lui. L’intrigue s’installe alors, voyant l’honnête homme finir par être sauvé à ses dépens et devoir se résoudre à accepter l’union de sa fille, Ernestine, avec un chanteur inconnu… Bien loin de cet univers, un ensemble de livres et documents anciens renvoyait à la question de l’esclavage. Parmi eux, un témoignage implacable de la traite pratiquée à La Rochelle. Un état des comptes de vente de la cargaison d’un navire négrier, le Bellecombe, dont l’appellation glace et le contenu détaillant les noms des acheteurs plus encore, obtenait 14 300 €.

vendredi 30 novembre 2018 - 14:30 (CET) - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 75009
Pierre Bergé & Associés
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne