facebook
Gazette Drouot logo print

Bouquet idéal pour un beau final

Le 20 décembre 2018, par Anne Doridou-Heim

Pour sa dernière vente de l’année, Drouot Estimations avait convoqué de nombreuses spécialités. Laquelle allait l’emporter ? La réponse est venue sans trop de surprise d’ailleurs des tableaux anciens, avec les 806 000 € déposés pour cueillir ce bouquet de Daniel Seghers (1590-1661), Vase de fleurs sur un entablement. Un…

Bouquet idéal pour un beau final
Daniel Seghers (1590-1661), Vase de fleurs sur un entablement, huile sur cuivre, 48 x 35 cm.
Adjugé : 806 000 €

Pour sa dernière vente de l’année, Drouot Estimations avait convoqué de nombreuses spécialités. Laquelle allait l’emporter ? La réponse est venue sans trop de surprise d’ailleurs des tableaux anciens, avec les 806 000 € déposés pour cueillir ce bouquet de Daniel Seghers (1590-1661), Vase de fleurs sur un entablement. Un modèle du genre, récompensé d’un record mondial, le précédent étant détenu par Roses, tulipes et narcisses dans un vase avec un papillon, porté à 636 500 $ le 31 octobre 2017 chez Christie’s à New York (source : Artnet). Tous les ingrédients faisant la saveur des peintures de fleurs de l’âge d’or des écoles du Nord étaient réunis : variété des espèces, adresse dans la composition, présence d’un papillon, transparence du verre, facture lisse rehaussée de coloris suaves… un florilège de qualités. Daniel Seghers appartient à la triade idéale des peintres flamands de fleurs du XVIIe siècle, aux côtés de Jan Bruegel de Velours dont il est l’élève en 1611 et d’Osias Beert. Un voyage le mène à Rome entre 1625 et 1627. Deux raisons l’y ont poussé : l’art bien sûr, mais aussi sa religiosité, l’artiste ayant prononcé ses vœux définitifs à Bruxelles en 1625, sans toutefois jamais devenir prêtre. Dans la Ville éternelle, il rencontre Poussin et réalise les couronnes de fleurs entourant ses sujets de piété. Il est l’inventeur de ce type nouveau de représentation son maître Bruegel se contentant de simples guirlandes autour d’un médaillon central. Un style qui correspond à l’esthétique et au goût baroques. Voilà comment un modeste frère jésuite devient une célébrité adulée par les princes d’Europe, qui l’invitent à visiter leur cour. De retour dans sa cellule, il compose également des tableaux de chevalet destinés à des privés, des bouquets de fleurs d’un grand raffinement qui révèlent, à qui sait les lire, une part de symbole et d’allégorie. Derrière l’apparente beauté des fleurs coupées, il fallait voir la louange à la beauté de la création ; quant au papillon butinant un bouton de rose, sa présence délicate rappelle le caractère éphémère de la vie terrestre. Le Portrait présumé du cosmographe vénitien Vincenzo Maria Coronelli (1650-1718) présentant le modèle de l’un de ses globes aidait à se retrouver dans cette leçon de botanique. Peint par un membre de l’école française du dernier tiers du XVIIe siècle, il s’arrêtait sur 45 880 €.

monnaies, archéologie, tableaux anciens et modernes, mobilier et objets d'art, art d'Asie, poupées, manuscrits, livres, dessins, orfèvrerie, céramiques, art nouveau, tapisseries, tapis
vendredi 14 décembre 2018 - 14:00 (CET) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Drouot Estimations
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne