facebook
Gazette Drouot logo print

Bilan de Paris Photo : une foire presque comme avant

Le 25 novembre 2021, par Sophie Bernard

De retour après l’annulation de 2020, les exposants de Paris Photo dressent un bilan plutôt positif. Et si les visiteurs étaient moins nombreux – 58 000 contre 70 500 en 2019 –, les institutions et musées internationaux étaient bien au rendez-vous.

Bilan de Paris Photo : une foire presque comme avant
© Jérémie Bouillon

Réduite à trois secteurs pour s’adapter au bâtiment éphémère situé au pied de la tour Eiffel, plus petit que le Grand Palais, Paris Photo s’est recentré sur ses fondamentaux : un secteur principal couvrant l’ancien, le moderne et le contemporain – 132 galeries, contre 158 en 2019 –, l’espace Curiosa dédié à l’émergence – en expansion avec vingt solo shows – et la traditionnelle trentaine d’éditeurs internationaux. Florence Bourgeois, directrice de l’événement, tenait à souligner sa dimension internationale : « 63 % des exposants venaient de trente pays et 112 institutions muséales ont fait le déplacement, dont deux tiers d’étrangers du monde entier ». Côté contenu, la qualité était globalement au rendez-vous, avec un soin particulier apporté aux scénographies : alternance d’accrochages épurés, de murs colorés et même d’œuvres in situ. « J’ai été agréablement surpris, car j’avais quelques craintes avec le changement de lieu », constate le collectionneur Damien Bachelot, mécène d’un prix dédié aux tirages. Dans les allées, on sentait le plaisir de se retrouver. Edwynn Houk (New York), qui avait mêlé avec habileté contemporains et modernes, résume l’ambiance : « On savait que c’était une année imprévisible. Mon sentiment est que cette édition est presque normale. Les ventes n’ont pas égalé celles des années précédentes, mais c’est pas mal du tout. » Très enthousiaste, Clémentine de la Féronnière (Paris) ne regrettait pas d’avoir doublé la surface de son stand. Outre trois contemporains français, elle présentait les derniers vintages encore disponibles de James Barnor (entre 8 000 et 30 000 €) et des Martin Parr rares (12 000 à 20 000 €) : « J’ai trouvé les collectionneurs avides d’acheter. On a vendu plusieurs pièces autour de 20 000 € et j’attends des confirmations. » Cette édition marque aussi le retour des grands formats et de la couleur, qui faisaient presque jeu égal avec les petits tirages et le noir et blanc largement dominants en 2019. Uniquement une question de tendance ? Pas certain, car dit grandes pièces dit transactions plus élevées. D’ailleurs, il est à noter que l’éventail des prix était très large : de 700 € pour des petites épreuves de Catherine Henriette chez Sit Down (Paris) à plus de 100 000 € pour Le Gray chez Hans P. Kraus Jr (New York), qui en a vendu trois. Voire plus. Ainsi, un cliché d’Irving Penn est parti à 190 000 € chez Pace Gallery (Londres) et un portfolio de Carrie Mae Weems à 400 000 € chez Howard Greenberg (New York). Témoin de cette diversité, Lumière des roses (Montreuil) a vendu plus de 70 % de son stand, comprenant des images d’anonymes à moins de 1 000 € et un contretype d’un daguerréotype de 1844 représentant Daguerre lui-même, à 50 000 €. Cette diversité était une façon de limiter les risques, le prix des stands étant élevé. Un pari gagnant pour Les Douches (Paris). Françoise Morin a cédé aussi bien des œuvres de Sabine Weiss, que de Frank Horvat et d’Hervé Guibert, « qui deviennent des denrées rares », entre 3 000 et 6 000 €, et surtout un Robert Frank à plus de 50 000 €. Mais « le plus important est d’avoir rencontré beaucoup de nouveaux collectionneurs ». Ce qui a rassuré nombre d’exposants car les visiteurs américains – et de manière générale, les étrangers – étaient moins nombreux que d’habitude.

Paris Photo
en 5 chiffres

58 000
visiteurs
863
artistes, dont 34 % de femmes
300
séances de dédicaces
190
galeries et éditeurs
34
premières participations
à savoir
Paris Photo 2022
Grand Palais Éphémère.
Du jeudi 10 au dimanche 13 novembre.
www.parisphoto.com


 

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne